Jeux du Québec
20:26 8 août 2014 | mise à jour le: 8 août 2014 à 20:26 Temps de lecture: 4 minutes

La voile, un sport de patience

JEUX DU QUÉBEC . Sur l’eau depuis 8h30, les athlètes de voile attendent. Patiemment, ils surveillent l’arrivée du vent. Il s’agit de la condition essentielle pour la tenue d’une course, mais en cette troisième journée de qualification, la brise se laisse désirer.

Les heures passent et les jeunes sont toujours sur l’eau. C‘est l’impasse. Les marins placotent entre eux et naviguent en groupe. Quand les rayons du soleil deviennent trop chauds, ils plongent à l’eau ou même s’amusent à faire chavirer l’embarcation.

«Quand il n’y a pas de vent et que l’on connaît le plan d’eau, on va voir les autres bateaux pour passer le temps», explique l’un de membres de l’équipe de la Capitale-Nationale à la 49e Finale des Jeux, Léo Roy. Le résident de Sainte-Foy avoue que parfois l’attente peut être longue, mais la voile est un sport qui dépend beaucoup de mère Nature. D’ailleurs, les courses ont pris fin plus tôt que prévu mercredi par manque de vent et jeudi en raison d’un orage.

Le Fidéen avoue qu’après deux journées d’épreuves, les marins sont bien au fait des conditions de navigation. L’équipe a bien étudié la zone de course. «Ici, c’est particulier. Il y a deux courants», raconte-t-il.

10h45: les compétitions sont toujours suspendues. Pas de courses. Les voiles se gonflent à peine. Les entraîneurs ont envoyé des collations. Sur terre, Vanessa Dallaire-Lagacé, originaire de Charlesbourg et entraîneure de la Capitale-Nationale, s’inquiète. Habituellement sur l’eau pendant les compétitions, c’est elle qui rappelle à ses marins de bien s’abreuver pour une bonne hydratation.

Dans la cadre des Jeux du Québec, les règles diffèrent et l’obligent à rester à quai. La veille, certains de ses athlètes ont été affectés par la chaleur, ils ont dû se reposer davantage pour récupérer en prévision des courses d’aujourd’hui. «Les entraîneurs sont là sur l’eau pour s’assurer que l’on va bien normalement», soutient Léo Roy, 13 ans.

Sur terre, l’attente n’est pas non plus facile. Le site est loin d’être un parc d’attractions. L’action se déroule tellement loin des quais qu’il est presque impossible de savoir ce qui se passe. Toutefois, une zone à l’ombre s’est transformée en zone de combat. À l’aide de paille de flottaison, les adolescents dépensent le trop-plein d’énergies accumulées. Une bataille est en cours pendant que les moins actifs sont étendus les pieds dans l’eau.

12h36: Les marins dans la catégorie Dériveur solitaire viennent de s’élancer sur le parcours. Ils ont patienté quatre heures sur l’eau. Leurs embarcations ayant une plus grande voile que la catégorie Optimist, ils ont pu s’élancer sur l’eau afin de compléter la dernière épreuve de sélection en vue de la course pour les médailles.

Au moment d’écrire ces lignes, quatre athlètes de la région avaient toujours des chances de prendre part à la course des médailles samedi, soit Philippe ainsi que Dominique Tanguay-Gaudreau de La Cité-Limoilou, Pierluc St-Hilaire de Lévis et Patricia Cloutier-Madden de Charlesbourg.

49e Finale des Jeux du Québec

La Finale des Jeux du Québec a lieu à Longueuil. Les compétitions ont débuté le 1er août et se poursuivent jusqu’au 9 du même mois. La 49e édition comprend près d’une vingtaine de disciplines. Plus de 3 300 athlètes provenant de 19 régions du Québec sont en action. Suivez la couverture réalisée par TC Media sur place afin d’en savoir plus. Toutes les nouvelles sont rassemblées dans l’onglet Sport – Jeux du Québec.

 

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *