Sections

Benjamin Gagné en cinq questions

Par Benjamin Aubert 

Publié le 6 novembre 2018

Le défenseur Benjamin Gagné s’est joint aux Remparts en décembre 2016 après deux ans et demi chez les Voltigeurs de Drummondville.

©(Photo Métro Média – Benjamin Aubert)

HOCKEY JUNIOR. Au début de la saison, les Remparts ont fait savoir que leur nouveau capitaine pour 2018-2019 serait le défenseur de 20 ans, Benjamin Gagné. Un rôle que le natif de Saint-Augustin ne pouvait espérer sous l’ère Philippe Boucher puisque ce dernier répétait qu’il le réservait à l’attaquant Olivier Garneau. Mais voilà que Philippe Boucher démissionnait de son poste d’entraineur-chef et directeur-gérant au printemps dernier. Son successeur, Patrick Roy, a alors échangé Garneau, ouvrant grand la porte à ce qu’un autre joueur hérite du « C » sur son chandail. Discussion avec celui qui l’a obtenu.

Comment vois-tu ton rôle de capitaine?

 Je pense que principalement, mon rôle est de rassembler les gars dans la chambre. Le but c’est que tout le monde se sente dans une famille. Je dois aussi établir un lien entre le vestiaire et le bureau des entraineurs.

Lorsque tu as su qu’Olivier Garneau avait été échangé, as-tu tout de suite pensé que tu pourrais être nommé capitaine?

 Je ne voulais pas me mettre de pression avec ça. Je me disais «il arrivera ce qui arrivera». Patrick c’est le nouvel entraineur, il allait décider lui-même qui serait son capitaine. Lorsqu’il a décidé que ce serait moi, je me suis senti honoré. Je voulais juste revenir ici, connaître une bonne saison et aider l’équipe à gagner.

Tu as croisé plusieurs entraineurs au cours de ta carrière (Martin Raymond, Dominique Ducharme, Philippe Boucher et Patrick Roy). Est-ce que Patrick est très différent des autres?

Tous les entraineurs ont chacun leur style. Patrick est vraiment très intense. Il nous en demande beaucoup, mais c’est quelqu’un qui s’en demande beaucoup aussi. Dans ce temps-là, c’est plus facile d’en donner à ton entraineur. On le voit, les trois coachs font des heures incroyables. Ils regardent de la vidéo beaucoup et nous aident vraiment avec le plan de match. C’est vraiment l’fun de jouer pour lui.

Ton père, Richard, a joué pour les Remparts et ton frère, Christophe, est secondeur pour le Rouge et Or. À quel point le sport a-t-il été valorisé par vos parents au cours de votre jeunesse?

Nos parents nous ont beaucoup encouragés à faire du sport. Ils voulaient qu’on soit toujours inscrit à un sport et c’était non-négociable. Nous n’avions pas le choix! Ça a payé, à voir où nous sommes rendus.

À vingt ans, tu joues ta dernière saison dans le hockey junior. As-tu pensé à la suite?

Pour l’instant, j’essaie de ne pas trop m’en faire avec la suite. Ultimement, j’aimerais signer un contrat professionnel. Je vais mettre toutes les chances de mon côté, puis il arrivera ce qu’il arrivera. C’est un peu hors de mon contrôle une fois que j’ai tout donné. Sinon, je suis en sciences humaines avec maths. Je ne sais pas trop ce que je veux faire si ce n’est pas le hockey.