Hockey
13:15 7 janvier 2020

Remparts de Québec: club de premier plan dans deux ans

Remparts de Québec: club de premier plan dans deux ans
Le territoire américain réservé à la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) est difficile à exploiter selon la direction des Remparts. (Photo Métro Média – Jean Carrier)

HOCKEY. «Je ne suis pas venu ici pour frapper un coup de circuit en partant. J’espère juste frapper un grand chelem», déclare l’entraîneur-chef des Remparts, Patrick Roy. Une citation qui résume bien le bilan des transactions de la formation qui n’a pas souhaitée bouger lors de la dernière journée des échanges alors que la direction pense être à deux ans de redevenir une équipe dominante du circuit Courteau.

«Il faut voir une progression l’an prochain ça c’est certain et être dominant par la suite», continue le pilote qui compare la situation actuelle à l’année 2003 alors que les Remparts pouvaient compter sur une brochette de jeunes joueurs prometteurs lors de son premier séjour avec le club. Québec possède dans son alignement 12 joueurs de 17 ans et moins.

«Je surprends bien des gens au niveau de mon ego. Je suis capable d’accepter de vivre des moments difficiles», mentionne Patrick Roy sur la situation actuelle des Remparts de Québec. (Photo Métro Média – Jean Carrier)

Avec les Malatesta, Truchon, Gaucher, Savoie et l’ajout de Cole Cormier et Théo Rochette par la voie des échanges, les Remparts ont choisi de ne pas transiger les vétérans de la formation afin de bien encadrer ces joueurs qui représentent l’avenir de l’équipe.

L’exercice voulait également rassurer les partisans de la formation qui n’ont pas vu les Diables rouges franchir le premier tour des séries éliminatoires depuis le tournoi de la Coupe Memorial en 2015.

«Nous pouvons compter sur des partisans fidèles qui sont exceptionnels et le mandat de Patrick est de redonner le statut d’équipe championne aux Remparts. Je suis fier de ce qui a été accompli depuis deux ans et nous sommes dans la bonne direction. C’est plus difficile que par le passé de reconstruire une équipe gagnante rapidement et la carte de crédit avait été surutilisée alors que nous n’avions plus beaucoup de choix au repêchage. La banque de choix est maintenant regarnie et d’autres bons jeunes joueurs vont se greffer dans le futur au noyau actuel», mentionne le président Jacques Tanguay.

Séries éliminatoires

Alors que la formation est en danger de rater le rendez-vous printanier pour la première fois de son histoire, Patrick Roy n’a pas caché qu’il souhaite ardemment participer aux séries, mais qu’il souhaite encore plus participer à la loterie du prochain repêchage réservée aux dernières positions du classement général afin d’avoir la chance de mettre la main sur le premier choix. «J’ai beaucoup plus peur qu’on sorte du boulier que l’on manque les séries. Je peux comprendre qu’il y ait une certaine déception face au fait qu’on ne gagne pas en première ronde, mais on a donné quelque chose à se mettre sous la dent à nos partisans. J’aime beaucoup où l’on est rendu. Je suis convaincu que les gens vont triper avec l’équipe qu’on met sur pied et qu’il y aura beaucoup de monde dans l’aréna tantôt.»

L’aventure japonaise en péril

Le Japonais Yu Sato a jusqu’à la fin de la saison pour se faire valoir, mais si rien ne change dans le jeu de l’attaquant, il pourrait bien avoir un billet aller simple pour le Japon. «Yu ne répond pas à nos attentes. Il représente présentement son pays et je souhaite qu’il prenne confiance parce que de la façon dont vont les choses, il ne sera pas de retour l’an prochain», termine l’entraîneur-chef.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *