Hockey
01:14 2 juin 2016

Une deuxième chance pour Olivier LeBlanc?

HOCKEY JUNIOR. Au milieu du mois de mai, Olivier LeBlanc a été informé par les Blue Jackets de Columbus qu’il ne recevrait pas d’offre pour un contrat d’entrée dans la LNH, de sorte qu’il est de nouveau admissible au repêchage qui aura lieu les 24 et 25 juin prochains.

Advenant le cas où il n’est pas sélectionné à nouveau, il se pourrait bien que les dirigeants de l’Ohio redonnent signe de vie.

«Ils veulent me garder dans l’organisation. Ils ont laissé entendre à mon agent et moi qu’ils allaient peut-être m’offrir un contrat des ligues mineures», a dit le 197e choix en 2014, réitérant à plusieurs reprises que rien de cela n’est coulé dans le béton.

Le défenseur des Screaming Eagles du Cap-Breton garde toutes ses portes ouvertes. S’il ne fait pas le saut chez les professionnels, il pourrait disputer une cinquième et dernière saison dans la LHJMQ.

Il cite en exemple l’attaquant Yan Pavel Laplante. Délaissé par les Coyotes de l’Arizona l’été dernier, il est revenu dans le circuit Courteau et récemment, il a signé un contrat d’entrée avec les Canucks de Vancouver.

«Ce n’est pas une mauvaise option. Je vais regarder le pour et le contre de toutes les situations, mais d’ici la fin juin, je ne pourrai prendre aucune décision. Mon sort dépend du repêchage.»

Victime de la profondeur des Jackets

Il n’est pas faux de dire que LeBlanc aurait probablement apposé son nom au bas d’un contrat de la LNH s’il avait été repêché par une autre organisation.

Au cours des dernières années, les Blue Jackets ont jeté leur dévolu sur de nombreux arrières de qualité lors des assises annuelles, notamment Ryan Murray, Zach Werenski et Dillon Heatherington.

«De plus, ils étaient menottés dans le nombre de contrats avec 47 joueurs signés et la limite est de 50», a spécifié l’ancien premier choix des Sea Dogs de Saint-Jean.

Pour l’instant, son futur est hors de son contrôle. Il met donc toutes ses énergies dans sa préparation estivale en vue de la prochaine campagne. Sous l’œil averti de Jean-Philippe Riopel, il sue à grosses gouttes en compagnie d’autres produits de la Capitale-Nationale, dont David Savard, Thomas Chabot et Jacob Sweeney.

Bien qu’il devra emprunter une route un peu plus sinueuse que prévu, Olivier LeBlanc garde toujours le rêve d’évoluer dans la LNH. Qui sait, peut-être que ce sera avec les Blue Jackets de Columbus.

Québec Hebdo

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *