Hockey
18:01 9 juin 2016

SciencePerfo, le mariage entre le sport et la science

SCIENCE PERFO. L’entreprise SciencePerfo est le meilleur exemple qu’il existe un mariage entre le sport et la science. Quatre hommes de la région de Québec travaillent depuis deux ans sur une technologie qui pourrait changer à jamais le monde du hockey.

Finalement, après d’innombrables heures dans les bureaux de l’Université Laval à peaufiner leur invention, le quatuor est fier de présenter son capteur unique au monde.

«Le censeur émet un flux lumineux qui enregistre 50 données à la seconde. Nous sommes en mesure de calculer l’efficacité de chacune des poussées du hockeyeur. Les courbes du profil vitesse sont couplées à des vidéos qui illustrent son positionnement à tout moment», a précisément expliqué le président Simon Laurendeau.

À leur grande surprise, ils ont découvert qu’un joueur peut gagner de la vitesse avec une poussée, mais la perdre totalement avec la glisse.

«La décélération devient aussi importante que la poussée. Il faut autant pratiquer la glisse que la poussée», a noté Léandre Gagné-Lemieux, biomécanicien, kinésiologue et préparateur physique pour les athlètes de haut niveau.

Se baser sur la science

Gagné-Lemieux, qui se rendra à Rio de Janeiro le mois prochain pour accueillir les athlètes canadiens, insiste que leur produit améliora l’évaluation des joueurs.

«Les entraîneurs ne se basent pas sur des éléments scientifiques, mais sur ce qu’ils ont fait ou vu avant. Nous, nous voulons amener ce que la science dit.»

Maxime Provencher, qui agit à titre de physiothérapeute de l’Océanic de Rimouski, a donné en exemple Dylan Montcalm, joueur du club rimouskois.

«Quand tu le regardes patiner, tu n’es pas impressionné par sa technique au premier coup d’œil, mais il a fait nos tests, et force est d’admettre que c’est tout un patineur.»

Le téléphone sonne

En décembre, SciencePerfo a conclu un partenariat exclusif sur le territoire européen avec les camps estivaux Génération Hockey. Ceux-ci ont invité les quatre cerveaux de la Vieille Capitale pour un périple de six jours à Dunkerque, en France, pour une série de tests avec les patineurs inscrits.

Cette semaine, après le lancement du produit, une bonne poignée d’équipes de haut niveau ont manifesté leur intérêt à collaborer avec l’entreprise québécoise. Des formations du Midget AAA, de la LHJMQ, un club professionnel, des écoles de hockey ainsi qu’un programme de sport-études ont signalé leur intention de collaborer.

«Ce sont des discussions embryonnaires, nous avons hâte de voir où tout cela va nous mener», a prudemment lancé Provencher, également spécialisé dans l’enseignement du patinage et dans la prévention de blessure.

Bien que les portes du monde de notre sport national leur semblent grandes ouvertes, SciencePerfo a également l’intention d’amener leurs connaissances aux autres disciplines sportives.

Québec Hebdo

Charles Lalande


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en vedette