Hockey
14:57 14 septembre 2016 | mise à jour le: 14 septembre 2016 à 14:57 temps de lecture: 2 minutes

Guillaume Asselin invité au camp du CH

HOCKEY. Joueur par excellence du hockey universitaire canadien la saison dernière, Guillaume Asselin a attiré l’attention des Canadiens de Montréal. La prestigieuse organisation a invité l’attaquant de Vanier au camp des recrues qui se mettra en branle le 15 septembre.

Guillaume Asselin file le parfait bonheur avec les Patriotes. Il espère recevoir une chance chez les pros après son stage universitaire. (Photo crédit – Patriotes de l’UQTR)

Vendredi dernier, il était en classe quand il a reçu un appel du dépisteur Serge Boisvert, qui l’informait de la possibilité d’être invité afin de remplacer un joueur blessé. Quinze minutes plus tard, Trevor Timmins, le recruteur-chef, a officialisé le tout.

«Je n’ai pas beaucoup écouté le cours, a rigolé l’étudiant de dernière année en Administration. Je n’ai rien à perdre, je vais donner mon maximum et on verra ce qui va arriver.»

Les espoirs de la Saint-Flanelle affronteront ceux des Penguins de Pittsburgh, des Maple Leafs de Toronto et des Sénateurs d’Ottawa à London dans un tournoi des recrues.

Pour l’homme de 24 ans, il s’agira de sa première saucette dans un camp de la LNH, chose qu’il attendait depuis l’âge de 17 ans.

«Je suis vraiment content et excité, un peu stressé aussi, mais c’est un bon stress.»

Représenter le hockey universitaire

Longtemps considéré comme un pas de recul dans une carrière de hockeyeur, le calibre universitaire est en train de gagner ses lettres de noblesse.

«Je suis content d’aller là-bas pour représenter notre ligue. J’ai aussi l’avantage d’être le deuxième plus vieux du camp.»

Fort d’un gros été d’entraînement avec Patrick Delisle-Houde, Asselin entamera sa dernière saison avec les Patriotes de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR).

«Il ne s’agit pas de répéter ce que j’ai fait l’an dernier, mais de faire encore mieux. En tant qu’équipe, nous visons le championnat canadien.»

Pour la suite des choses, il est convaincu qu’il peut jouer dans la Ligue américaine, à un échelon de la LNH. S’il n’y parvient pas, l’Europe sera un joli plan B.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *