Hockey
19:59 5 septembre 2016 | mise à jour le: 5 septembre 2016 à 19:59 temps de lecture: 3 minutes

Équipe Europe, le défi de Ralph Krueger

COUPE DU MONDE. À quelques jours du lancement de la Coupe du monde de hockey, l’intrigante équipe européenne ne cache pas ses ambitions, elle entend soulever le gros trophée.

Composée de joueurs du Vieux Continent ne provenant pas de la Russie, de la Suède, de la Finlande et de la République tchèque, la formation dirigée par Ralph Krueger est représentée par huit nations.

«Je suis très fier d’être ici. Je n’ai pas hésité une seule seconde [à accepter le mandat], c’est une opportunité incroyable.»

Il est emballé de diriger des patineurs du Danemark, de la Norvège, de la Slovaquie, de la France, de la Slovénie, de l’Autriche, de l’Allemagne et de la Suisse. Il vous promet une chose, ne doutez pas de la détermination de ses ouailles.

«Ils proviennent de petits pays, alors ils ont eu à se battre pour atteindre le LNH. Il y a extrêmement de caractère dans la chambre des joueurs», a dit l’homme de 57 ans né à Winnipeg.

Bien que les joueurs ne représentent pas leur pays, mais plutôt le reste de l’Europe, le sentiment d’appartenance et le désir de vaincre seront tout de même présents, a assuré le pilote qui sera épaulé par des hommes de hockey majoritairement nord-américains.

«Tous mes joueurs évoluent dans la LNH, de sorte qu’ils parlent parfaitement anglais. Ce sera la langue utilisée sur la patinoire et dans le vestiaire.»

De retour à Québec

Krueger a joué plusieurs saisons en Allemagne avant de prendre les rênes de l’équipe nationale suisse, de 1998 à 2010. Lors des Jeux olympiques de Sotchi, en 2014, il a fait un retour dans le programme canadien en joignant le personnel d’entraîneurs qui a remporté la médaille d’or.

Le 12 mars 2014, il est également devenu président du FC Southampton, un club professionnel de soccer anglais. Pourquoi? «Je suis toujours affamé d’apprendre davantage», a-t-il répondu.

Lors du Championnat mondial présenté à Québec en 2008, il était venu avec les Suisses, et tout le groupe avait adoré leur expérience, qui s’était soldée par une défaite en quart de finale aux mains des Russes.

«Nous avions fait un tour guidé de la Ville de Québec et les joueurs avaient vraiment aimé cela. Nous avions senti une connexion spéciale avec les gens de Québec.»

Ralph Krueger doit espérer que ce lien persiste toujours. Si oui, la foule sera de son côté le jeudi 8 septembre, lors du match préparatoire opposant sa formation à celle des meilleurs joueurs de moins de 23 ans de l’Amérique du Nord.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *