Hockey
18:24 6 avril 2018 | mise à jour le: 6 avril 2018 à 18:24 temps de lecture: 4 minutes

Les As de Québec revivront

C’était le grand dévoilement du nom d’équipe et des couleurs de la structure intégrée de hockey de l’Est. Le nom retenu est celui d’une équipe que les nostalgiques vont se remémorer: les As de Québec. Les équipes seront établies à l’école secondaire La Seigneurie. 

André Béliveau portant le numéro 9 de son célèbre frère Jean Béliveau, aussi surnommé le Gros Bill.

Photo TC Media – Jean Carrier

Pour la cérémonie, André Béliveau, frère du célèbre hockeyeur des As de Québec, le regretté Jean Béliveau, avait accepté la présidence d’honneur. Pour s’assurer de respecter le grand historique de cette équipe, le chandail numéro 9 de Jean Béliveau a été retiré et remis au frère de celui-ci. «La famille Béliveau a toujours senti un amour inconditionnel de la ville de Québec, c’est une chance exceptionnelle pour ces jeunes joueurs de faire partie de ce nouveau programme où l’éducation est au centre des préoccupations. J’aimerais voir des Guy Lafleur et des Jean Béliveau sortir de ce programme.»

Organisation représentant la ville

Steeve Verret, conseiller municipal de La Haute Saint-Charles, représentait la Ville de Québec. Dans ce projet la Ville de Québec a joué un rôle important de facilitateur avec le programme. «Nous avons donné un coup de main au niveau légal de l’appropriation du nom ainsi que sur le travail effectué au niveau du logo. Nous serons aussi collaborateurs pour les heures de glace en donnant un coût réduit. C’est un projet de grande qualité et nous voulions en faire partie.»

Justin Lemay, président de Hockey Québec-Chaudière-Appalaches, assure que de prendre le nom des As a été le seul regardé «Nous voulions un attachement avec la Ville de Québec et quand on regarde ce que M. Jean Béliveau incarnait comme valeurs sur et en dehors de la patinoire, ce sont les mêmes valeurs que nous voulions pour le programme. Nous trouvions aussi important que la Ville soit représentée dans le hockey d’élite ce qui n’était pas le cas avec une structure seulement au Séminaire Saint-François.»

Jérôme Martel et André Béliveau avec le nouveau chandail des As de Québec

Photo TC Media – Jean Carrier

Jérôme Martel, l’homme en charge de porter le projet à terme, abonde dans le même sens. «Il était hors de question de prendre le nom d’une école et cela a été très clair lors des négociations. Cela amène de la confusion, car la structure de hockey n’appartient pas à l’école. Il est cependant crucial d’entretenir une excellente relation avec l’institution qui héberge le programme et ce sera le cas avec La Seigneurie.»

Bilan et rivalité

Le mandat de Jérôme Martel est maintenant terminé au niveau administratif, mais celui-ci restera attaché avec les As sur le comité hockey. Il était visiblement satisfait du travail accompli.

«Je suis fier d’avoir travaillé avec des gens compétents (associations de hockey mineur Québec-Centre, Beauport, Charlesbourg, Charlevoix et Côte-de-Beaupré/Île d’Orléans)  et d’avoir amené une nouvelle façon de faire. Dans l’histoire du hockey québécois, aucun autre projet n’a été amené sur la place publique avec autant de transparence et tous les gens impliqués ont pu s’exprimer et aussi critiquer sur le programme. Je pense que cette transparence a été positive en bout de ligne même pour amener un projet novateur même quand ça tangué un peu», a imagé l’homme de hockey.

Le but de rendre le hockey d’élite plus accessible au niveau transport et financier a été atteint selon M. Martel. «La Seigneurie a été choisie, car elle offrait la meilleure candidature, mais nous avons gardé de très bonnes relations avec Saint-Jean-Eudes et Cardinal-Roy. Il n’est pas hors de question d’avoir une collaboration dans le futur selon la demande. »

Les cinq équipes de hockey AAA de niveau Pee-Wee à Midget seront sur la glace à partir de l’an prochain. Il risque d’exister une grande rivalité avec les équipes du Séminaire Saint-François et la structure intégrée à l’Ouest. M. Martel a risqué une réponse «C’est évident qu’il y aura une rivalité, mais je pense que notre venue amènera une saine compétition. En bout de ligne, ce sont les jeunes qui seront gagnants, car les deux programmes vont toujours chercher à se démarquer l’un de l’autre. »

Photo officielle du programme des As de Québec.

Photo TC Media – Jean Carrier

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *