Hockey
01:40 5 février 2017 | mise à jour le: 5 février 2017 à 01:40 Temps de lecture: 3 minutes

Réal «Buddy» Cloutier immortalisé

HOCKEY. Avant la rencontre face à l’Océanic de Rimouski, les Remparts de Québec ont retiré le #10 de Réal «Buddy» Cloutier dans les hauteurs du Centre Vidéotron.

L’homme de 60 ans est le troisième joueur de la première génération des Remparts de Québec à voir son chandail être retiré en cette vingtième saison de la renaissance. André Savard (12) et Guy Chouinard (7) ont reçu le même honneur au cours des derniers mois.

Ils rejoignent ainsi Guy Lafleur (4), Simon Gagné (12), Alexander Radulov (22), Marc-Édouard Vlasic (44) et Patrick Roy, dont le dévouement à titre de directeur général et entraîneur-chef a été reconnu.

«C’est une soirée mémorable. Un moment extraordinaire. C’est un honneur de voir ma bannière aux côtés de celles de mes idoles Guy Lafleur et Jean Béliveau», a dit M. Cloutier, qui a tenu à souligner la grande classe et l’organisation des Remparts.

En deux saisons avec les Diables rouges, il a récolté 315 points en 126 matchs. Ses deux campagnes aux côtés de Guy Chouinard et de Jacques Locas ont terminé de la même façon, c’est-à-dire deux conquêtes du titre québécois… et deux défaites en finale canadienne.

«Mon meilleur souvenir? Notre deuxième finale, contre Sorel, nous l’avions emporté en six matchs. Le Colisée était plein!»

Fierté de Saint-Émile

Dans son discours, sur la patinoire, dès qu’il a nommé «Saint-Émile», soit son lieu de naissance, plusieurs partisans ont réagi en scandant son surnom : «Buddy, Buddy, Buddy».

Il a participé à quatre reprises au Tournoi international de hockey pee-wee de Québec. Lors des deux dernières années, les écoles et les usines de Saint-Émile fermaient pour permettre à la population de suivre sa jeune vedette.

Tout près de chez lui, ce fier Émilois a joué un grand total de 18 saisons dans la Vieille Capitale : quatre au Tournoi pee-wee, trois à Sainte-Foy, deux avec les Remparts et neuf avec les Nordiques.

«J’aurais aimé en jouer plus. Je n’étais pas prêt à partir», a-t-il dit au sujet de la fin de son association avec les Nordiques. Il a finalement pris sa retraite à 29 ans après une saison à Buffalo et un détour dans les rangs mineurs.

Sur la patinoire, il a livré un profond message à la prochaine génération : «Il faut toujours travailler et persévérer, même dans les moments les plus difficiles.»

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *