Hockey
01:33 26 mars 2017 | mise à jour le: 26 mars 2017 à 01:33 temps de lecture: 3 minutes

Troisième période fatale pour les Remparts

HOCKEY. Après 40 minutes de jeu, les Remparts de Québec et le Titan d’Acadie-Bathurst étaient nez à nez alors que le pointage était de 2 à 2. En troisième période, tout a basculé. Résultat : les Québécois s’inclinent 6 à 2 et rentrent à la maison en retard 2 à 0 dans leur série de premier tour.

Dans la défaite, Louis-Filip Côté a inscrit le premier filet des siens.

(Photo TC Media – Charles Lalande)

Si, la veille, l’entraîneur-chef et directeur général Philippe Boucher avait déploré le manque d’intensité de ses troupiers, la performance de samedi soir l’a plu davantage, à l’exception du dernier tiers…

«Nous étions plus engagés, plus impliqués… Il y avait moins de passagers. Leur troisième but nous a fait mal. Des vétérans ont commis certaines erreurs. Nous nous sommes tirés dans le pied», a admis le grand manitou des Diables rouges quelques minutes après la conclusion des hostilités.

«Nous ne pouvons espérer battre le Titan en jouant comme ça», a-t-il enchaîné.

Encore une fois, le cerbère Evgeny Kiselev a fait belle figure, stoppant 38 des 43 rondelles dirigées vers lui, afin de garder son équipe dans le match.

Les marqueurs des représentants de la Vieille Capitale ont été Louis-Filip Côté et Dmitry Buitnitskiy. Du côté des vainqueurs, les buteurs ont été Rodrigo Abols (2), Dawson Theede, Vladimir Kuznetskov (2) et Christophe Boivin, un natif de la Rive-Nord de Québec.

L’’énergie de la foule

Cette semaine, les locataires du Centre Vidéotron renoueront avec leurs partisans, à l’occasion des rencontres trois et quatre. La joute de mardi soir est d’une importance capitale puisque les Remparts voudront éviter de tirer de l’arrière 3 à 0.

«Nous rentrons à la maison, en espérant que cela puisse nous permettre d’aller chercher l’énergie nécessaire. D’ici là, nous allons recharger nos batteries.»

Dans un autre ordre d’idée, les pivots des hommes de Philippe Boucher ont connu une soirée difficile au cercle des mises au jeu, ne remportant que 15 des 62 dépôts de rondelle. Évidemment, le résultat final ne se joue pas sur cette facette de jeu, mais il s’agit d’un aspect à peaufiner.

«Quand tu perds la mise au jeu, tu n’as pas la possession de la rondelle. Ça ne te facilite pas la vie», a concédé le grand patron, élogieux envers les joueurs de centre expérimentés du Titan.

Québec Hebdo

Philippe Boucher, entraîneur-chef et directeur général des Remparts de Québec.

(Photo TC Media – Charles Lalande)

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *