Hockey
13:20 31 octobre 2017 | mise à jour le: 31 octobre 2017 à 13:20 temps de lecture: 5 minutes

Philipp Kurashev: l’autre porte-étendard du hockey suisse dans la LHJMQ

MONTRÉAL — La Suisse n’en est pas à ses premiers pas sur la scène du hockey. Mais au cours de la dernière décennie, une nouvelle vague de jeunes joueurs fait écarquiller les yeux à travers la planète.

RempartsTitan

(Photo TC Media – Charles Lalande)

Simon Servant, La Presse canadienne

Après Sven Andrighetto, Timo Meier et Nico Hischier, voilà que Philipp Kurashev souhaite reprendre le flambeau de son pays dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec et être repêché dans la LNH.

À sa deuxième saison dans le circuit Courteau, Kurashev continue de faire son chemin avec les Remparts de Québec, présentant une moyenne de près d’un point par match cette saison après une campagne de 21 buts et 54 points en 65 matchs, en 2016-17. Un peu plus d’un an après avoir quitté sa Suisse natale, l’attaquant de 18 ans sait maintenant à quoi s’attendre du style nord-américain.

«J’ai éprouvé des difficultés à ma première saison. J’ai dû m’ajuster et m’habituer à plusieurs nouvelles choses, mais à la fin de l’année, je me sentais beaucoup mieux, a fait savoir Kurashev. C’est ma deuxième saison dans la LHJMQ et je trouve que je suis de plus en plus à l’aise.»

Kurashev n’a cependant pas été laissé à lui-même à son arrivée au Québec et il n’a pas eu à délaisser sa famille, comme c’est souvent le cas pour les joueurs européens qui quittent le Vieux-Continent pour s’amener en Amérique du Nord. Il a eu la chance d’être bien entouré par sa mère, son père Konstantin, un ancien joueur professionnel en Russie maintenant devenu entraîneur en Suisse, et son entraîneur-chef avec les Remparts, Philippe Boucher, qui a disputé 16 saisons dans la LNH et qui a remporté une coupe Stanley.

«Je suis heureux de ne pas avoir laissé ma famille derrière. Ma mère a déménagé à Québec et nous partageons un appartement ensemble, a fait savoir Kurashev. Mon père vient aussi me voir jouer. Nous discutons souvent de hockey. Philippe m’aide beaucoup pendant les entraînements afin que j’améliore mon jeu. Ils me donnent tous des conseils pour que je devienne meilleur.»

Kurashev, un centre de six pieds et 187 livres, pourrait devenir le troisième joueur suisse provenant de la LHJMQ en quatre ans à être repêché au premier tour de la LNH, après Hischier, en 2017, et Meier, en 2015. Même s’il est tout près de goûter à son rêve de jeunesse, il est conscient qu’il doit continuer d’impressionner et ne pas trop y penser.

«C’est le rêve de tous les joueurs. J’apprécie le fait que les recruteurs me portent une attention particulière, a-t-il souligné. Je veux leur montrer que mon entraîneur me fait confiance dans plusieurs facettes du jeu, mais j’y vais un match à la fois. Le hockey, c’est tout ce que j’ai fait de ma jeunesse. C’est ce que je suis.»

Montée suisse

L’ascension des joueurs suisses dans la LNH a été menée par les Paul DiPietro, Mark Streit, David Aebischer et Martin Gerber, dans les années 1990 et 2000. Mais le moins que l’on puisse dire, c’est que l’avenir s’annonce prometteur pour ce pays qui compte de plus en plus de joueurs talentueux.

Depuis 2008, sept joueurs originaires de la Suisse ont été repêchés en première ronde, dont Nino Neiderreiter, du Wild du Minnesota, et trois autres ont été repêchés lors des deuxième et troisième rondes, dont Roman Josi, le capitaine des Predators de Nashville.

La Suisse a aussi fait belle figure à quelques reprises sur la scène internationale. Elle a battu le Canada lors des Jeux de Turin, en 2006, et lors du Championnat mondial de hockey, en 2013, où elle avait d’ailleurs remporté la médaille d’argent. La Suisse a également terminé quatrième lors du Championnat mondial de hockey junior, en 2010, et elle est passée bien près d’accéder à la demi-finale de ce même tournoi, en 2017.

«Le hockey en Suisse s’améliore chaque année. Il y a de plus en plus de joueurs dans la LNH et le pays a commencé à être meilleur au niveau international, a fait valoir Kurashev, qui possède également une citoyenneté russe. Ce ne sont que les petits détails qui manquent pour faire en sorte que la Suisse se hisse parmi les meilleures nations au hockey.»

Idolâtrant les vedettes russes Pavel Datsyuk et Alexander Ovechkin lorsqu’il était plus jeune, l’attaquant des Remparts voue également un énorme respect envers son ami Nico Hischier, qui est devenu le premier joueur suisse à être sélectionné au premier rang du repêchage de la LNH — par les Devils du New Jersey — au mois de juin.

«De voir Nico être repêché premier, ça ne peut qu’être bénéfique pour le hockey en Suisse, a insisté Kurashev. Nico est un très bon ami et c’est un excellent joueur.»

Après avoir essuyé un refus lors du camp d’évaluation de son équipe nationale, à l’aube du dernier Championnat mondial de hockey junior, Kurashev souhaite maintenant rebondir et qui sait, peut-être devenir le prochain porte-étendard du hockey suisse chez les 20 ans et moins.

«J’ai peut-être été un peu malchanceux l’an dernier. J’ai été retranché parmi les derniers, a-t-il ajouté. Cette année, je veux faire tout en mon possible pour faire partie de l’équipe et si c’est le cas, j’espère que je pourrai bien jouer et aider mon pays à connaître un bon tournoi.»

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *