Hockey
03:49 16 janvier 2017 | mise à jour le: 16 janvier 2017 à 03:49 temps de lecture: 6 minutes

Les Remparts résistent à une remontée spectaculaire de l’Océanic

Un 6e match cette saison entre les deux grands rivaux de la LHJMQ. Philippe Boucher et ses Remparts de Québec étaient à Rimouski où l’Océanic devait disputer un 6e match en 9 jours, y compris 4 matchs sur la route. Serge Beausoleil plaiderait la fatigue des siens que personne ne l’en blâmerait.

Les Remparts ont gagné la partie 7-6.

TC Media – Rémi Sénéchal

Mais la remontée spectaculaire des siens, tirant de l’arrière 0-3, 1-4, 2-5 et même 2-6 pour égaler le match à 6-6 en 3e période tient lieu de félicitations de la part du Nic en chef à tous ses joueurs. Même s’ils ont essuyé un revers crève-cœur de 7-6 devant 3 326 personnes.

« Je suis très fier de la façon que les gars ont fait preuve de résilience ce soir. À 6-2, peu de gens croyaient qu’on pouvait revenir dans ce match-là. On est revenu. Après la semaine qu’on vient de vivre avec 2 400 kilomètres et 5 matchs, jouer un 6e et le jouer de cette façon-là en 3e période, c’est tout à l’honneur des gars que l’on a utilisé. »

Perdant 3-0 après 12 minutes de jeu en première, il faut dire que Beausoleil craignait ce genre de début de match. « On leur parle (aux joueurs). Ils veulent. Ils ont du vouloir, mais à un moment donné, le citron est pressé. »

D’UNE TRISTESSE

Sauf que le coach a l’impression que ce ne sont pas les joueurs qui ont décidé de l’issue du match, remporté par les Remparts de Québec 7-6 sur un but en avantage numérique de Philipp Kurashev avec 3:50 minutes à jouer. Deux appels coup sur coup de la part des officiels l’ont fait sortir de son calme.

« Totalement inacceptable ! C’est d’une tristesse. Je ne sais pas si c’est parce que la game était à TVA Sports, mais on a un superbe match, on revient de l’arrière, le building est gonflé à bloc et on appelle une pénalité sur Picco qui n’a pas besoin de personne pour échapper une rondelle. Là-dessus, à 4:15 minutes de la fin, à mon avis, on doit laisser jouer. Le hockey sense, ce n’est pas juste pour les joueurs. »

Et Beausoleil passait sous silence l’appel précédent pour ‘avoir fauché les patins’ où un arbitre appelle une mineure double, à la fois contre l’auteur de l’infraction et la victime de cette infraction. « C’est un geste qui mérite une suspension. » Et le fait d’appeler une mineure double met la table pour le 4 contre 3 qui a suivi et qui a donné lieu au but gagnant. « C’est d’une tristesse de la façon avec laquelle cela a été géré. Cela n’enlève rien à notre début de match qui n’était pas bon. Mais en 3e période, on se serait attendu à un peu plus de jugement ! »

PHILIPPE BOUCHER ACCEPTE LA VICTOIRE

« On va prendre la victoire, c’est certain. Gagner une game facile, c’est quand elle est finie et que le pointage final est 6-2. C’était ce pointage avec 5:55 à faire en 2e période. On a eu l’air d’avoir pensé que ça allait être facile. On leur avait dit qu’un match Rimouski-Québec, ce n’est jamais comme une autre game de hockey, peu importe où on est rendu dans notre cheminement. Il se passe toujours de quoi. C’est une game physique, c’est une game serrée, c’est un match de fou. Ce qui est certain est lorsque tu achètes ton billet, tu auras un spectacle et je pense qu’il y en a eu un, ce soir. J’aime mieux qu’on ait gagné » de dire l’entraîneur-chef des Remparts, Philippe Boucher.

C’est une autre page dans l’histoire de la rivalité entre ces deux équipes. « C’est toujours de même. On l’a dit aux joueurs samedi, on en a parlé sur la glace et encore ici. J’ai demandé aux joueurs qui sont ici depuis longtemps de montrer le chemin à ceux qui ne connaissent pas la rivalité. C’est la plus grande rivalité de la ligue et je ne parle pas de cette année, mais je parle depuis très longtemps. La finale d’il y a deux ans l’a prouvé. Ce sont toujours des games de même, serrés et physiques et il se passe toujours de quoi et c’est ce qui est arrivé ce soir. »

ALLURE DU MATCH

Les Remparts n’ont pas mis de temps à s’imposer. 95 secondes après le début du match, Dmitry Buynistkiy marque son 6e de la saison aidé de Mathieu Ayotte sur un retour de lancer et c’est 1-0. Philipp Kurashev (13e) double l’avance des visiteurs à 3:12 sur un tir de la ligne bleue. Une passe à Matthew Boucher. Ce dernier fera 3-0 à 11:00 aidé de Mathieu Ayotte. Samuel Laberge complétera un jeu de Tyler Boland pour faire 3-1 à 12:22 mais Matthew Boucher gagne son combat à un contre un le long de la bande et passe à Mathieu Ayotte pour faire 4-1 à 15:41. C’est 16-10 dans les tirs au but.

Maxime Trépanier redonne espoir aux locaux à 2:17 de la période médiane avec son premier but en carrière dans la LHJMQ, sur un tir de pénalité. Il a littéralement couché le gardien avant de lancer la rondelle dans une cage déserte. Mais à 8:25, Louis-Philip Côté marque son 6e de la saison, aidé de Derek Gentile et Yannick Turcotte. L’avance des visiteurs est de nouveau de trois buts. Benjamin Gagné (5e) a ajouté pour les visiteurs à 14:05. C’est 6-2.

Plusieurs croyaient que le match était joué. Mais un jeu de puissance a semblé relancer l’Océanic. Tyler Boland marque son 30e de la saison, aidé de Charles-Édouard D’Astous et Dylan Montcalm à 17:00. Le public commence à y croire encore et 89 secondes plus tard, Samuel Laberge profite d’une rondelle libre dans l’enclave pour y aller d’un très bon lancer et c’est 6-4. Il y a encore un match. Les tirs sont de 14-9 pour Québec pour un total de 30-19.

En 3e période, Dylan Montcalm a complété le jeu de Hunter Moreau et Domicic Cormier à 3:19 et voilà que les Go Nics Go se font entendre. Le Colisée Financière Sun Life est éveillé, bruyant. Ce qui a certes aidé Denis Mikhnin à enfiler son 16e de la saison avec un tir sur réception, en jeu de puissance, aidé de Dylan Montcalm et Dominic Cormier à 14:18. C’est l’impasse jusqu’à ce qui est raconté plus haut.

Le revers est difficile à accepter et les officiels ont eu à le savoir après le match.

Sur le banc…

.- Ne sont pas de l’alignement de l’Océanic Louis-Philippe Denis (13), Daniel Hardie (15), Alexis Girard (55) et Karl Boudrias (93)…

.- Ne sont pas de l’alignement des Remparts Olivier Mathieu (11), Alexandre Drapeau (25), Darien Kielb (77) et Jesse Sutton (82)…

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *