Hockey
15:39 12 décembre 2017 | mise à jour le: 12 décembre 2017 à 15:39 temps de lecture: 4 minutes

Un séjour dans l’Ouest en deux temps pour Alexandre Drapeau

Pour sa dernière saison de hockey junior, Alexandre Drapeau avait choisi, en septembre dernier, de s’exiler à plus de 5 500 km de la maison. Deux mois plus tard, il rentrait au Québec avec une confiance renouvelée… et des anecdotes abracadabrantes!  

Malgré la mésaventure, Alexandre Drapeau a adoré son expérience dans l’Ouest canadien.

Photo TC Media – Charles Lalande

À son arrivée avec les Remparts de Québec en août 2015, Drapeau avait opté pour un style de jeu axé sur la robustesse, délaissant le côté offensif et les habiletés qui lui avaient permis d’être repêché par l’Océanic de Rimouski deux ans plus tôt.

Avec les Capitals de Cowichan Valley, club de la British Columbia Hockey League (BCHL), le natif de Mont-Joli est rapidement devenu le premier défenseur du club dirigé par l’entraîneur-chef Brian Passmore.

«Nous n’avions pas une très bonne équipe, mais j’ai adoré ça. Je jouais une trentaine de minutes par match. J’étais utilisé sur les unités spéciales, tout allait bien. J’adorais ça!», raconte celui qui a revendiqué trois buts et trois passes en 18 joutes au Sud de l’Île de Vancouver.

Le 5 août 2016, Ray Zhang, un riche homme d’affaires chinois passionné de hockey, est devenu propriétaire des Capitals avant même de mettre les pieds en Colombie-Britannique pour la première fois.

Aussitôt, son fils Simon Chen, un défenseur, a joint les rangs de la formation alors dirigée par Bob Beatty. En 2016-2017, Chen a récolté quatre points en 52 joutes. En juillet dernier, il a participé au camp de développement des Canucks de Vancouver (LNH) avant de revenir pour une deuxième saison à Cowichan Valley.

«Le propriétaire a carrément acheté une place à son fils en plus d’obliger le coach à le faire jouer à toutes les sauces», plaide Drapeau.

L’an dernier, Bob Beatty refusait de céder aux ordres de son patron, étant donné que cela ne cadrait pas dans ses valeurs. Le 20 juillet, l’organisation a annoncé que Beatty était remercié, remplacé par Brian Passmore.

Le Québécois affirme qu’il est écrit dans le contrat du nouvel entraîneur-chef la façon qu’il doit utiliser. Drapeau, un défenseur de 20 ans, était utilisé à outrance tandis que Chen, qui évolue à la même position en plus d’avoir le même âge, était utilisé de façon sporadique.

«Le fils a été voir son père pour se plaindre, alors Brian [Passmore] avait le choix entre sa job et moi. Je ne peux pas lui en vouloir d’avoir opté pour son emploi!»

Vendu en Alberta… atterri à Saint-Jérôme

Possédant une clause de non-échange dans la BCHL, il a donc été vendu au prix de 5000$ à un club de l’Alberta Junior Hockey League (AJHL).

Avec sa mésaventure familiale et un lot de promesses non tenues, il a préféré joindre les Panthères de Saint-Jérôme, Ligue de Hockey Junior AAA du Québec (LHJAAAQ).

«Dans mon contrat, on m’avait promis des bâtons et des patins personnalisés, je ne les ai jamais reçus. On devait payer mon appartement, mais j’étais plutôt en famille de pension.»

La cerise sur le sundae : il n’a même jamais été payé. «Je suis resté parce que je jouais en pleine confiance et que c’était une belle occasion de me faire voir. J’ai été surpris d’apprendre que des équipes de la LNH parlaient de moi à mon entraîneur-chef. Elles découvraient mon nouveau style de jeu!»

Pour les derniers milles de sa carrière junior, Drapeau a joint une formation qui a de grandes ambitions pour les séries éliminatoires. Les Panthères, dirigées par l’ancien des Remparts, Pierre Bergeron, figure parmi les équipes de têtes de la LHJAAAAQ. 

Alexandre Drapeau, lors de la saison 2016-2017, dans l’uniforme des Remparts de Québec.

Photo TC Media – Charles Lalande

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *