Hockey
02:22 6 avril 2017 | mise à jour le: 6 avril 2017 à 02:22 Temps de lecture: 4 minutes

La LHJMQ accueille cinq nouveaux immortels

HOCKEY. Dans le cadre du Gala des Rondelles d’Or, la LHJMQ a admis cinq nouveaux membres au Temple de la renommée, soit Jean-Sébastien Giguère, Francis Bouillon, Gaston Therrien, Brad Richards ainsi que Luc Lachapelle, à titre posthume.

TC Media Ghyslain Bergeron

Pour Giguère, membre du Collège-Français de Verdun, puis des Mooseheads de Halifax de 1993 à 1997, cette soirée bien spéciale lui a rappelé de nombreux souvenirs.

«À 18 ans, c’est facile d’aller au bar avec ses chums, alors je pense aussi aux sacrifices et à mes efforts. C’est moi qui suis honoré, mais je n’ai pas fait cela tout seul.»

Récemment retraité de la LNH après une brillante carrière, ce père de trois enfants rentre à Halifax chaque été : «C’est là-bas que j’ai rencontré ma femme. L’an dernier, j’ai amené mes fils à l’aréna pour leur montrer la bannière de mon chandail.»

Richards se rappelle de Maurice Tanguay

En trois hivers avec l’Océanic de Rimouski, Brad Richards a inscrit son nom sur la feuille de pointage à 432 reprises en seulement 182 matchs.

«C’était important pour moi de remercier les gens de Rimouski, leurs partisans et ma famille de pension. Je n’aurais pas tout accompli cela sans eux.»

La conquête de la Coupe Memorial en 2000 reste évidemment son plus beau souvenir de ses années dans le Bas-Saint-Laurent : «Maurice Tanguay a traité les joueurs de façon incroyable. Je tenais à lui donner la coupe. C’est une personne formidable.»

Therrien émotif

Lors de son allocution, Gaston Therrien était très émotif lorsqu’il a remercié ses parents, les Rioux, sa famille d’accueil et toutes les personnes qui l’ont aidé à atteindre ses rêves.

Défenseur à caractère offensif avec les Remparts de Québec de 1977 à 1980, M. Therrien a également été le premier entraîneur-chef de l’Océanic de Rimouski.

«C’est une grande fierté de recevoir un tel honneur. J’ai eu la chance de jouer toute ma carrière junior avec une seule formation, ce qui est rare.»

Bouillon atteint l’inatteignable

Défenseur de petit gabarit, Francis Bouillon s’est présenté au camp d’entraînement du Titan de Laval en 1992 à titre de joueur invité.

Contre toute attente, il a fait sa place dans l’alignement de Bob Hartley, avant de passer aux Prédateurs de Granby, où il a remporté la Coupe Memorial, mettant ainsi fin à une disette de 25 ans des formations québécoises au tournoi réunissant les quatre meilleures équipes du Canada. Sur la scène, Bouillon a invité son beau-père à partager ce moment avec lui.

«C’est assez symbolique, c’est la première fois que je récolte un honneur individuel. Pour moi, c’était inatteignable. Je me rappelle encore des frères Morissette et de nos fameux matchs du lundi soir. Nous étions la seule équipe à jouer cette soirée-là, et l’aréna était toujours plein.

«Il aurait aimé être là»

Décédé le 26 mars 2015, l’arbitre Luc Lachapelle a arpenté les surfaces glacées de la LHJMQ pendant 25 ans. Son fils, sa fille et sa femme ont reçu la plaque et la bague qui lui étaient méritées.

«Il avait un cœur plus grand que la moyenne. Il aurait aimé être là», a lancé sa fille avant de céder le micro à son frère : «J’ai eu la chance de le suivre plusieurs fois pour son travail. C’était un honneur. Il était un homme très respecté.»

Gaston Therrien lui a également rendu hommage : «Quand tu allais jouer une septième partie, tu voulais avoir Luc Lachapelle comme arbitre. Il était objectif et en plein contrôle du match.»

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *