Hockey
21:01 29 janvier 2017 | mise à jour le: 29 janvier 2017 à 21:01 temps de lecture: 3 minutes

Une visite dans la ville d’adoption du père

HOCKEY. Choix de deuxième tour des Nordiques de Québec en 1989, le défenseur Adam Foote a débuté sa carrière dans la Ligue nationale de hockey (LNH) à la ligne bleue du défunt Colisée Pepsi. Aujourd’hui, il fait un retour dans la Vieille Capitale pour suivre son fils, Cal, au match des meilleurs espoirs en vue du prochain repêchage de la LNH.

Les Nordiques ont quitté pour le Colorado en 1995. Trois années plus tard, le petit Cal a fait son apparition dans le clan Foote. Bien qu’il n’ait jamais vécu au pays du maire Régis Labeaume, il a longuement entendu son père lui raconter ses meilleurs souvenirs de l’époque.

«Il m’a dit beaucoup de bonnes choses. Il se rappelle que l’atmosphère était géniale et que les partisans étaient très passionnés. Il a bien aimé ses [quatre] saisons ici», a lancé Cal, un défenseur actif avec les Rockets de Kelowna.

Évidemment, avec le nom Foote derrière son chandail, il attire les regards et plusieurs se prêtent au jeu des comparaisons. Une situation qui ne le dérange guère.

«C’est certain qu’il y a un peu de pression, mais mon père me dit d’aller sur la patinoire et m’amuser», a dit celui qui porte le #25, soit l’inverse du paternel, qui endossait le 52 lors de ses 1154 matchs dans la grande ligue entre 1991 et 2011.

«Je suis chanceux de l’avoir. Grâce à lui, je suis bien conseillé et j’ai pu vivre des expériences incroyables, comme la Coupe Stanley en 2001, les Jeux olympiques l’année suivante et la Coupe du monde de 2004.»

À sa retraite, Adam Foote a immédiatement joint le personnel hockey de l’Avalanche du Colorado. Depuis 2013, il est entraîneur adjoint.

Malgré son emploi chargé, il regarde presque tous les matchs des Rockets de Kelowna via son ordinateur portable. Il peut suivre les prouesses de l’aîné Cal, ainsi que de Nolan, son autre rejeton, qui vient de souffler ses seize bougies.

«C’est la première fois que nous jouons ensemble. Nolan est une recrue, mais il se débrouille très bien. À Kelowna, nous sommes dans une organisation prestigieuse qui a développé d’excellents défenseurs», a poursuivi Cal, faisant allusion aux Shea Weber, Tyler Myers, Josh Gorges et Madison Bowey.

À quelques mois de la séance de sélection de la LNH, le principal intéressé admet n’avoir aucune préférence quant à la franchise qui mettra le grappin sur lui, sauf qu’il ne cache pas qu’il adorerait appartenir à l’Avalanche, et qui sait, être dirigé par son père.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *