Hockey
14:10 13 août 2015 | mise à jour le: 13 août 2015 à 14:10 Temps de lecture: 3 minutes

Le parcours unique de Métis Roelens

HOCKEY. La route vers les grands rêves des hockeyeurs peut être longue et si jamais Métis Roelens parvient à ses fins, on pourra dire qu’il a emprunté un parcours unique. De la Belgique au Canada, en passant par la France.

Ses parents ont foulé les parquets du basketball professionnel pendant de nombreuses années. Le père l’a fait en Belgique tandis que la mère a excellé chez elle, à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick. Il y a trois ans, la famille de cinq enfants a pris racine à l’Île d’Orléans.

Métis, l’aîné de la famille, a eu 15 ans le 21 juillet dernier. Aujourd’hui, il s’exprime bien en français, lui qui ne parlait pas un seul mot de la langue de Molière lorsque l’avion s’est posé à l’aéroport international Jean-Lesage de Québec. Il a aussitôt joint le programme sport-études de l’Académie St-Louis en option hockey.

Roelens avait commencé à patiner à l’âge de 6 ans en plein hiver sur un lac gelé lors d’une visite chez les racines maternelles. Il a également fait ses classes en Belgique pendant trois années avant de joindre un club français, à seulement trente minutes de chez lui. Il a eu à traverser les frontières afin de pouvoir jouer dans un meilleur calibre, lui qui n’avait plus rien à prouver sur les surfaces belges.

Au SSF après une saison de rêve

Cet étudiant qui débutera sa quatrième année à l’école secondaire a connu, à l’image de sa formation, une saison de rêve l’an dernier à titre de capitaine de l’Arsenal de l’Académie Saint-Louis.

Dans la catégorie Cadet Division 1, les ouailles de l’entraîneur-chef Benoît Dionne ont remporté cinq championnats sur une possibilité de sept.

En grande finale provinciale, c’est Roelens qui a marqué le but gagnant en période de prolongation alors qu’il se retrouvait seul contre quatre rivaux en zone adverse.

Toutes ses prouesses ne sont pas passées inaperçues pour le Blizzard du Séminaire Saint-François (SSF) qui lui a transmis une invitation pour le pré-camp en vue de la campagne qui se mettra en branle le 4 septembre 2015. Un peu récalcitrant à l’idée de changer d’équipe et d’établissement scolaire, le gaillard de 6’3 a accepté de poursuivre l’aventure à la suite d’une rencontre avec Bryan Lizotte, pilote du SSF. «Il m’a dit qu’il voulait que je continue. Pour l’instant, on regarde l’option d’aller à l’école anglaise si je parviens à percer l’alignement.»

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *