Hockey
14:20 12 août 2015 | mise à jour le: 12 août 2015 à 14:20 temps de lecture: 3 minutes

Zachary Chicoyne, entre la glace et le ring

HOCKEY JUNIOR. Zachary Chicoyne, de Sainte-Foy, tente de faire sa place au camp d’entraînement des Remparts de Québec. À 6’02 et 215 lbs, il sait que son physique est un avantage indéniable dans sa quête.

L’an dernier, il avait fait tourner quelques têtes lorsque l’Océanic de Rimouski l’avait invité. Les champions de la Coupe du Président en 2015 l’avaient toutefois retranché étant donné que l’entraîneur-chef Serge Beausoleil misait sur une bonne profondeur à l’attaque.

Cet été, deux autres formations de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) sont entrées en contact avec l’ailier gauche de 18 ans. «Les Remparts ont démontré beaucoup d’intérêt en appelant quelques fois. C’est l’équipe que j’ai regardée dans ma jeunesse alors le choix était facile.»

Le cousin de Zachary Chicoyne, Jérôme Gauthier-Leduc, a connu une brillante carrière junior, notamment à Rimouski à l’époque où Philippe Boucher était directeur général. Gauthier-Leduc détient d’ailleurs un record (8 matchs de suite avec au moins un but pour un défenseur).

Le premier match intra-équipe n’était vieux que de quelques minutes, que Chicoyne avait déjà engagé le combat contre un rival. Il faut dire qu’il a de l’expérience dans le domaine et du talent dans sa famille. Son père, James Chicoyne, a participé à quelques combats professionnels à Winnipeg. «Il s’est aussi entraîné avec le père adoptif de Mike Tyson [un champion du monde incontesté des poids lourds dans les années 1980-1990].»

Le rejeton monte fréquemment dans le ring. Cet été, il a amené avec lui Yanick Turcotte, le pugiliste des Remparts depuis deux saisons dont la réputation n’est plus à refaire. Les deux produits de la région ont été des partenaires d’entraînement sous l’œil averti de M. Chicoyne. Qui est le meilleur? «Il faudrait demander à Yanick», répond Zachary en riant.

Ce dernier espère percer l’alignement de Boucher en s’inspirant du style de jeu de Turcotte. «Selon moi, c’est le meilleur bagarreur de toute la ligue. C’est un de mes bons chums, alors je ne pense pas m’essayer sur la glace contre lui, surtout que ce n’est pas pareil que dans un ring.» 

Le hockey moderne ferme les portes à ceux qui ne savent que danser. Pour cette raison, l’ancien joueur et étudiant de la Polyvalente de l’Ancienne-Lorette compte amener une présence physique et énergique sur la surface glacée. Il dit également qu’il n’hésitera à se placer devant les rondelles lancées par ses adversaires, qu’il sait également se débrouiller avec le morceau caoutchouteux et espère participer au pointage si l’occasion se présente.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *