Hockey
15:00 7 novembre 2015 | mise à jour le: 7 novembre 2015 à 15:00 Temps de lecture: 3 minutes

Le Blizzard, une affaire de famille

HOCKEY. William Lemay-Champagne, Olivier Crête-Belzile, Marc-André Guy et Marc-Olivier Alain ont tous quelque chose en commun. Outre le fait qu’ils sont des enfants des années 1990 avec un nom ou un prénom composé, les quatre hockeyeurs suivent les traces de leur grand frère en enfilant les couleurs du Blizzard du Séminaire Saint-François.

En poste pour une cinquième saison à titre d’entraîneur-chef de l’équipe Midget AAA, Bryan Lizotte a dirigé tous les frangins pendant au moins une saison.

Bien évidemment, il ne bâtit pas son alignement en fonction de la famille des appelés, mais cela aide à avoir un bon indicatif de la personne. «Si le grand frère a laissé une belle image, on sait que le petit frère risque d’en laisser une aussi. Souvent, le plus vieux est un modèle pour le plus jeune.»

En 2011-2012, il a piloté Samuel Lemay-Champagne pour sa troisième saison dans l’organisation. Aujourd’hui âgé de 21 ans, l’aîné de la famille a passé les trois dernières années avec les Lions du Cégep Saint-Lawrence. Il est maintenant étudiant à l’Université de Concordia. Lizotte a d’ailleurs été très élogieux à l’endroit de son ancien poulain : «Un vrai attaquant de puissance, il avait une belle maturité physique et il complétait bien nos joueurs talentueux. C’était un leader dans notre vestiaire. Avec lui, quand les choses n’allaient pas bien, il comprenait vite les messages. Il était toujours dans mon bureau pour essayer de changer les choses. Nous avons eu plusieurs discussions intéressantes.»

Pour reprendre les mots du coach, William, c’est un tout autre joueur que son grand frère. Le cadet est un fabricant de jeu possédant un grand talent, comme en témoigne sa position parmi les meilleurs pointeurs de la Ligue cette saison.

Les Guy, des semblables

Si les Lemay-Champagne sont totalement différents sur une patinoire, Louis-Philippe et Marc-André Guy sont taillés dans le même moule.

«Les deux possèdent un sens du hockey supérieur à la moyenne. Ce sont deux personnes très intelligentes, à l’école et au hockey. Des individus qui se surpassent tous les jours.»

Deux Crête-Belzile en deux ans

L’an dernier, Antoine Crête-Belzile devait être un pilier à la ligne bleue du Blizzard, mais de nombreuses blessures l’ont limité à 19 rencontres. «Sa présence aurait changé la tournure de notre saison. C’est un travaillant qui veut toujours être meilleur. Reste à savoir s’il sera épargné par les blessures.»

Cet été, Antoine lorgnait vers les universités américaines, mais il a changé son fusil d’épaule en optant pour la LHJMQ. S’il avait choisi la première option, il aurait pu jouer avec son frère, Olivier, pour la présente campagne. «J’aurais aimé ça avoir les deux, lance Bryan Lizotte en riant. Olivier est très mature physiquement. Il doit travailler sa constance, mais ça va de mieux en mieux pour lui.»

Le calme d’un Alain, la nervosité de l’autre

Alexandre Alain, 18 ans, est un être un peu nerveux et très exigeant envers lui-même. Selon Bryan Lizotte, il cadre parfaitement dans les valeurs du SSF, mais des ennuis de santé l’ont empêché d’atteindre un haut niveau de compétition dans les rangs Midget AAA avant de rejoindre les Olympiques de Gatineau.

Marc-Olivier, une recrue de 15 ans, a, quant à lui, une personnalité plutôt calme, en contrôle de la situation, précise l’entraîneur de 30 ans.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *