Beauport Express
16:00 23 février 2018 | mise à jour le: 2 juillet 2019 à 17:35 temps de lecture: 4 minutes

De Beauport au Kansas

Comment un petit gars de Beauport aboutit dans un état américain beaucoup plus reconnu pour son basketball universitaire que pour son hockey? Voici Kevin Dufour, ailier gauche pour le Thunder de Wichita, au Kansas.   

Kevin Dufour célèbre un but dans la ECHL

Photo gracieuseté – Ed Bailey

L’histoire commence quand Kevin est adolescent et se fait retrancher de l’équipe midget AAA du Séminaire Saint-François. Au lieu de jouer dans le midget AA, il est conduit dans le midget CC. Malgré une saison exceptionnelle dans ce calibre, il se fait très peu désirer par les équipes du hockey junior québécois. Il décide de tenter sa chance au Collège Saint Lawrence au hockey collégial. Sous la férule de Mike Labadie, il connaît deux excellentes saisons et se fait miroiter la chance de jouer au hockey universitaire américain. Ty Eigner, assistant-entraîneur et recruteur pour l’Université Bowling Green, se montre intéressé. Il lui demande d’aller jouer une saison au niveau junior A en Ontario afin de corriger certaines lacunes.

Kevin, en compagnie de ses parents, après une partie avec les Falcons de Bowling Green

BGSU Marketing & Communications

L’exil commence

La saison de l’attaquant se déroule comme prévu et les Falcons de Bowling Green lui offrent une bourse d’études. «Lors de ma première année, ma bourse était à 80% et il a fallu que je débourse le reste de ma poche. Mon père est mécanicien et ma mère travaille dans une banque, on n’est pas riche comme famille. Ils ont fait d’énormes sacrifices pour m’aider. L’été, je me démenais à faire du pavage en plus de m’entraîner pour réussir à y arriver. » À sa deuxième campagne avec les Falcons, les choses se stabilisent avec l’établissement scolaire qui lui offre une bourse complète jusqu’à la fin de son parcours en Ohio. Sur la glace, Kevin est très solide et s’améliore à chacune de ses quatre saisons. À sa dernière année comme finissant, il termine avec une fiche de 18 buts et 12 passes en 41 matchs. Il réussit aussi à obtenir son diplôme en finance, ce qui lui assure une option viable advenant la fin de son rêve de jouer dans la grosse ligue.

Une invitation qui entretient l’ambition

Le calibre de jeu du Beauportois est assez solide pour recevoir une invitation du Canadien de Montréal lors du dernier camp d’entraînement de l’équipe. Le but de l’invitation était évidemment de se faire voir, mais essayer de décrocher une place avec le club-école du Rocket de Laval. Même s’il n’est pas retenu, il garde un excellent souvenir de l’invitation. «C’est certain que c’est impressionnant. J’ai jasé avec Shea Weber et Carey Price et tout le monde était super. Cependant, j’étais déçu de me faire retrancher par le Rocket. Mon bilan de l’expérience est que je sais que je peux jouer dans le gros calibre.» 

Kevin Dufour fait sa marque

Photo gracieuseté – Ed Bailey

Une filière québécoise

Après une moitié de saison à Brampton dans la East Coast Hockey League (ECHL), une transaction survient avec le Thunder de Wichita. «J’étais super content, je ne faisais pas partie des plans à Brampton. Je retrouve plusieurs Québécois (il y a cinq défenseurs québécois avec le Thunder), et en plus, ma copine n’est pas très loin à Cincinnati.» Il est maintenant dans un environnement où il peut s’épanouir et il noircit la feuille de pointage régulièrement avec sa nouvelle équipe. De toute façon, il peut toujours compter sur son partisan numéro un pour lui montrer le chemin. «Quand ça arrive, mon père ne prend pas de gants blancs pour me dire que je joue mal. Avec le web, il ne rate jamais une rencontre.»

Il reste maintenant à une équipe de la LNH de lui donner une vraie chance. «Je sais que ça va passer par la Ligue américaine. Je n’ai jamais sauté d’étapes dans ma carrière et je suis toujours prêt à mettre les efforts pour parvenir à la réalisation de mes objectifs», certifie l’attaquant de 26 ans.

Le chemin de la LNH n’est pas le même pour tous, si Kevin Dufour atteint ce niveau, il y aura un consensus pour dire qu’il ne l’aura pas volé. Même au Kansas!     

Dufour lors de son stage universitaire à Bowling Green

Photo gracieuseté

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *