Hockey
15:57 28 octobre 2008 | mise à jour le: 28 octobre 2008 à 15:57 Temps de lecture: 4 minutes

Comment faire pour se démarquer avec une attitude responsable au hockey ?

Violences incontrôlées, injures insensées, provocations inutiles, règles inappliquées, injustices décourageantes, exigences irréalistes. Les gens qui fréquentent les arénas ont tous été témoins, un jour ou l’autre, de drôles de débordements ou de scènes
disgracieuses. C’est souvent à cause de quelque 5% de «malades» qui ternissent 95% de l’image du hockey. Les vrais amateurs cependant, par leur silence ou leur négligence, deviennent des complices inconscients ou involontaires. Comment faire pour oser se démarquer avec une attitude responsable au hockey?

À la fois, joueur, parent et arbitre, Luc Richard Poirier a donné plusieurs avenues de réponses à cette question lors d’une conférence gratuite intitulée «Jouer au hockey dans un monde de fous» à laquelle ont assisté, au Centre municipal Mgr Laval, plus de 300 parents, entraîneurs, arbitres et bénévoles dans le cadre d’un projet pilote initié par le comité Hockey Beauport pour réduire la violence verbale dans les arénas.
«Le hockey est notre sport national au Canada. C’est pratiquement une religion au Québec. Une fierté pour beaucoup de monde. Cette fierté populaire est, malheureusement, de plus en plus associée, par l’opinion publique, à un genre de folie collective. Nous sommes tous responsables de faire quelque chose pour sauver un sport qui, lorsqu’il est pratiqué pour le plaisir et avec fairplay, est tout simplement extraordinaire», souligne M. Poirier.

Ponctuée d’anecdotes savoureuses qui ont souvent déridé l’assistance, sa conférence a permis de découvrez l’histoire d’un jeune de 10 ans, son fils, qui a pris la décision courageuse d’arrêter de jouer au hockey pour dénoncer une situation de violence et d’injustice au sein de son équipe.

Découvrir le vrai sens du mot jeu

Quels sont les gestes qui doivent être acceptés et dénoncés au hockey ? Où se trouve vraiment la limite fragile entre encouragement et découragement ? Quoi faire avec les parents sympathiques qui se transforment en dépisteurs diaboliques ? Comment détecter le placotage d’estrade qui devient «salissage» de personnes? Comment convaincre les arbitres d’appliquer enfin les règlements de façon uniforme ? Quoi faire avec la perception du phénomène de favoritisme et s’assurer de l’égalité du temps de glace pour tout le monde ? Le hockey peut-il être vraiment récréatif dans un monde de plus en plus compétitif ? Comment retrouver le goût d’avoir du plaisir au hockey avec tout le monde ?
Selon Luc Richard Poirier, il n’y a pas de solutions magiques, pas de vieux sages ou de grands gourous avec les réponses. « Il n’y a que des personnes de bonne volonté qui sont passionnées par le hockey et qui peuvent, ensemble, faire toute une différence».
Si sa conférence se voulait un véritable antidote pour inviter les intervenants à faire face ensemble aux situations inacceptables qui sévissent au hockey, mais aussi, et surtout, mettre en lumière la portion du 95% de choses extraordinaires qui entourent la vraie pratique du hockey. M. Poirier peut dire mission accomplie parce que son message de redécouvrir le vrai sens du mot jeu a reçu un très bel accueil.
La soirée s’est d’ailleurs terminée avec la remise aux participants du sceau «Certification Attitude Responsable – Saison 2008-2009» afin qu’il soit transmis par la suite à tous les jeunes dont les parents ont assisté à la rencontre pour qu’ils puissent l’arborer fièrement sur leur casque
de hockey.

Gestes à mettre en pratique

Il est toujours plus facile de saluer tout le monde
– Faire de son sourire un outil de diplomatie
– Prendre le temps pour dire merci à ceux qui s’occupent des jeunes
– Passer l’audace jusqu’à féliciter les arbitres
– Applaudir et féliciter les jeunes autant pour les buts que les passes
– Osez féliciter le gardien perdant de l’équipe
– Ne renforcez pas quand c’est du placotage
– Prendre tout cela avec un grain de sel et rire un peu
– Adresser aux jeunes des commentaires positifs plutôt que négatifs
– Donner une chance aux jeunes arbitres et marqueurs

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *