Hockey
20:13 6 mai 2015 | mise à jour le: 6 mai 2015 à 20:13 temps de lecture: 4 minutes

Valérie Drouin évoluera au Minnesota dans la NCAA

HOCKEY FÉMININ. Qualifiée de meilleure défenseure au hockey collégial féminin au Québec, la joueuse étoile des Titans de Limoilou, Valérie Drouin, poursuivra sa carrière avec les Bulldogs de l’Université de Minnesota-Duluth qui évoluent dans la meilleure division de la National Collegiate Athletic Association (NCAA) aux États-Unis.

Dès son entrée au collégial, il y a trois ans, la Beauportoise avait été approchée une première fois par une université américaine après qu’un recruteur de l’Université de Syracuse l’ait vu jouer durant les championnats canadiens à sa dernière année au sein du programme de Hockey Québec, moins de 18 ans.

Au cours des deux années suivantes, pas moins de sept universités américaines et autant d’universités canadiennes se sont aussi intéressées à elle en raison de son excellent coup de patin, de ses lancers de la ligne bleue, de sa bonne vision du jeu et de sa facilité à s’adapter au jeu de ses coéquipières.

«Ma dernière année collégiale a été la plus importante. On peut dire que du temps de glace, j’en ai eu beaucoup. J’ai pu prendre encore plus de maturité dans mon jeu. Au niveau scolaire, j’ai dû faire un choix universitaire et cela a été très dur avec le hockey. Je me suis concentrée sur les programmes d’études qui m’intéressaient le plus et j’ai dit non aux universités qui ne les avaient pas. Je voulais étudier en anglais pour pouvoir être bilingue. J’ai finalement choisi d’aller à l’Université de Minnesota-Duluth où je vais étudier en relations internationales», souligne la hockeyeuse de 19 ans.

Invitée au camp de Hockey Canada

Adorant le hockey depuis l’âge de sept ans, Valérie Drouin est très fière d’avoir pu obtenir une bourse d’études complète de 28 000$ pour réaliser son rêve d’évoluer dans une équipe universitaire américaine, d’autant plus que les Bulldogs de Minnesota-Duluth s’avèrent une des bonnes équipes de la Division 1 de la NCAA et qu’elle y rejoindra une autre Québécoise, Catherine Daoust, du Cégep Saint-Laurent de Montréal, contre qui elle a joué au cours des deux dernières années.

«J’ai eu la chance d’aller visiter l’université et je dois dire que toutes les installations qui vont être à ma disposition sont au-delà de mes espérances. Pour une joueuse comme moi, le calibre le plus élevé de hockey est au niveau universitaire et de pouvoir aller jouer dans la meilleure division de la NCAA est vraiment un rêve devenu réalité».

Une autre excellente nouvelle est venue la rendre encore plus heureuse récemment alors qu’elle a reçu une invitation pour participer au camp d’entraînement et de conditionnement de Hockey Canada.

«J’étais tellement contente qu’en lisant la lettre, j’ai pratiquement pleuré et j’en tremblais. Mes grands-parents et mes parents étaient à mes côtés et ils étaient très fiers de moi. Je dois dire qu’après tous les sacrifices que j’ai faits par rapport au hockey depuis que j’ai sept ans, recevoir une invitation comme celle-là m’a fait chaud au cœur. Cela m’a donné des ailes pour travailler encore plus fort lors de mes entraînements hors et sur glace», a confié l’athlète qui a contribué avec les Titans au championnat de la Coupe Dodge à deux reprises en trois saisons.

Contente de ce qui lui arrive, elle mentionne que l’appui des membres de sa famille a été très important et qu’elle ne pourrait pas assez les remercier pour tout le temps qu’ils lui ont donné pour ses tournois et les nombreuses pratiques à 5h le samedi matin!

«Si j’avais un conseil à donner aux futures joueuses de hockey ou à celles qui jouent déjà, ce serait de ne jamais perdre espoir, de continuer d’avoir des rêves et cela pas juste dans le hockey, mais dans la vie de tous les jours. Ceux qui travaillent toujours le plus finissent par avoir ce qu’ils méritent».

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *