Hockey
17:00 21 novembre 2017

Philippe Gaudreault se plaît chez les Cobras

HOCKEY. Choisi tardivement à sa deuxième année d’admissibilité au repêchage de la LHJMQ, Philippe Gaudreault avait trois options pour la saison 2017-2018: retourner pour un troisième hiver dans le midget AAA, le hockey collégial ou le junior AAA. 

Gaudreault tentera de faire sa place à Moncton l’an prochain.

Photo TC Media – Charles Lalande

Après deux ans chez le Blizzard du Séminaire Saint-François, il désirait vivre une nouvelle aventure. Il lorgnait le Collège Champlain-St. Lawrence pour défendre les couleurs des Lions, mais étudier en anglais ne le séduisait pas particulièrement.

Il a donc traîné ses valises et sa poche de hockey à Terrebonne après avoir entretenu quelques bonnes discussions avec Robert Dubuc, l’entraîneur-chef et le directeur général des Cobras, formation phare du junior AAA.

«Le calibre de jeu est fort, ce qui favorise mon apprentissage. Recevoir les tirs de gars de 19-20 ans est meilleur pour mon développement.»

Avant de prendre cette décision, Gaudreault s’était rendu à Moncton pour participer au camp d’entraînement des Wildcats, équipe qui a mis le grappin sur le portier droitier, en 12e ronde, à l’été 2017. Dans les Maritimes, il a bien paru, notamment lors d’une rencontre contre les espoirs des Sea Dogs de Saint-Jean dans laquelle il avait bloqué 38 tirs dans une victoire.

«Ils ont aimé mes performances et ma progression, rapporte le timide cerbère en parlant des dirigeants des Chats sauvages. Je sens que je suis proche du junior majeur et c’est pour y accéder que j’ai choisi de venir à Terrebonne.»

Axé sur l’offensive, le junior AAA peut être une ligue très éprouvante pour la confiance d’un gardien, surtout à 17 ans. Le no. 29 préfère voir cela positivement.

«Il y aura peut-être des soirées plus difficiles, mais ça fait partie du hockey. Une mauvaise performance ne te définit pas en tant que joueur ou en tant que personne. C’est seulement une occasion de rebondir.»

Au moment d’écrire ces lignes, il n’a pas encore vécu de mauvaise sortie, signant la victoire à ses sept premiers matchs. Il affiche également de bonnes statistiques: moyenne de buts alloués à 2,53 et pourcentage d’efficacité de 0,901.

Loin de la maison

Contrairement à ses coéquipiers Mathieu Ferland et à Guillaume St-Pierre, deux autres exilés de la Vieille Capitale, Philippe Gaudreault n’en est pas à une première expérience loin de la maison.

Au cours des trois saisons précédentes, le natif de Clermont, dans Charlevoix, a été accueilli dans la famille de Jakob Pelletier, cette ancienne gloire du Séminaire Saint-François devenue la tête d’affiche des Wildcats de Moncton.

À Terrebonne, il est aussi en pension. «Tout se passe très bien. Je suis habitué de vivre ça», répond-il en terminant.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *