Hockey
13:00 8 novembre 2017

Le saut dans l’inconnu de Mathieu Ferland

HOCKEY. Invité au camp des recrues des Huskies de Rouyn-Noranda (LHJMQ), Mathieu Ferland s’est mérité le statut de joueur affilié. Il a ensuite pris la route de Terrebonne, dans le junior AAA, pour la suite de son développement. 

Ferland a les yeux rivés sur Rouyn-Noranda.

Photo TC Media – Charles Lalande

Il admet avoir plongé dans l’inconnu quand il a joint les Cobras, une organisation phare du circuit, qui a remporté le titre de champion de l’Est du Canada l’an dernier.

Le grand patron du club, Robert Dubuc, a sélectionné Ferland au 93e rang l’été dernier, après avoir eu quelques discussions avec Martin Laperrière, pilote du Blizzard du Séminaire Saint-François (SSF).

Après son camp avec les Huskies, les dirigeants de la formation abitibienne ont recommandé au défenseur natif de Montchâtel de prendre la route de Terrebonne.

«Je voulais prendre de l’expérience en jouant contre des gars de 19 et 20 ans et en apprenant le rythme de vie du hockey junior», confie le #44 des Cobras, qui est suivi par les éclaireurs de l’Abitibi.

Mathieu Ferland a rendu de précieux services au club Midget AAA après avoir été ajouté à l’équipe en janvier.

(Photo TC Media – Charles Lalande)

Il n’a pas fallu beaucoup de temps pour qu’il tombe dans les bonnes grâces de son nouvel entraîneur-chef, qui l’emploie en alternance avec les vétérans Samuel Hould et Guillaume Beck.

«On l’adore, c’est un bon p’tit gars. Il travaille fort sur la glace, au gymnase et à l’école. Il récolte ce qu’il a semé», lance Dubuc, qui s’est également servi de Ferland pour attirer l’attaquant Guillaume St-Pierre, (Saint-Augustin-de-Desmaures) et Philippe Gaudreault (Charlevoix).

«Dès mon arrivée à Terrebonne, il m’a dit: ‘‘Amène dont tes chums!’’. On a réglé ça en une soirée. Je suis très content de les avoir près de moi pour cette nouvelle expérience. On s’est bien intégrés au reste du groupe.»

La Frontière/Jean-François Vachon

La distance

Chose certaine, la famille Ferland en est une tissée serrée. Mathieu Ferland trouve difficile d’être loin de ses parents, de son petit frère et de sa copine sur une base quotidienne.

À Terrebonne, il a été placé dans une famille de pension avec qui il a développé de bons liens. Du même coup, il est devenu le grand frère d’une petite fille de trois ans qui l’a rapidement adopté.

«Je réussis tout de même à voir mes proches de temps en temps. Je redescends à Québec ou ils montent me voir», confie-t-il.

Progression intéressante

Il y a un an, le hockeyeur se déliait les jambes dans le Midget espoir, dans la structure du SSF. Ses bonnes performances lui ont permis de faire le saut dans le Midget AAA, où il a remporté le championnat québécois avec le Blizzard.

«Ça m’a permis de vivre une expérience incroyable au championnat canadien et de me faire voir par les Cobras et les Huskies», explique l’adolescent de 17 ans.

À moyen terme, ses objectifs sont de remporter un autre trophée cet hiver à Terrebonne et de percer la défensive rouynorandienne l’été prochain.

S’il n’y parvient pas, il a un autre plan à long terme. «Si je vois que ça ne marche pas dans la LHJMQ, j’ai pensé aller dans l’Ouest pour la suite de ma carrière.» 

Mathieu Ferland n’a pas perdu de temps pour de se faire de nouveaux amis chez les Cobras.

Photo TC Media – Charles Lalande

Charles Lalande


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en vedette