Hockey
04:14 30 novembre 2015 | mise à jour le: 30 novembre 2015 à 04:14 temps de lecture: 3 minutes

«Capitaine Courage» rend les armes

HOCKEY. «Capitaine Courage», tel était le nom donné par les partisans des Remparts de Québec à Kurt Etchegary lors de son stage junior de 2011 à 2015. Il y a des limites à ce qu’un corps peut endurer, et Etchegary l’a réalisé dernièrement en prenant la décision d’accrocher ses patins.

«De nombreuses blessures subies au cours des dernières années m’empêchaient de compétitionner à un niveau de jeu si élevé. Je vais retourner dans ma ville natale, à Saint-John’s, à Terre-Neuve, dans le but d’entamer une deuxième carrière.»

Le passage chez les pros de l’ancien des Diables rouges a été très court, mais plein de rebondissements. Après une participation au camp des Red Wings de Detroit, il a été libéré par sa formation dans la ECHL. Il s’est donc dirigé vers la République tchèque pour un essai de trois semaines à Kladno, mais il a choisi de quitter lui-même afin de se trouver une nouvelle équipe dans la ECHL. Il n’aura disputé qu’une rencontre le 25 novembre dernier avec les Admirals de Norfolk. Sa toute dernière dans le hockey organisé.

Le logo des Remparts tatoué sur le cœur

Etchegary suit assidûment les Remparts depuis le début de leur saison. Il garde contact avec plusieurs anciens coéquipiers, notamment Zachery Moody, Olivier Garneau et au grand patron des opérations hockey Philippe Boucher.

L’ancien capitaine a d’ailleurs été très élogieux à l’endroit du résident de Charlesbourg : «Garneau est voué à un bel avenir dans l’organisation. Je l’ai pris sous mon aile, comme des vétérans l’avaient fait avec moi.»

Aimé des partisans, l’ancien #19 est heureux d’apprendre que son chandail est toujours l’un des plus populaires dans les gradins du tout nouveau Centre Vidéotron. « Ça me fait vraiment sourire d’apprendre ça. Je ne vais jamais les oublier, ce sont les meilleurs au Canada.»

Récemment, Adam Erne et le Crunch de Syracuse (club-école du Lightning de Tampa Bay) étaient de passage dans le patelin d’Etchegary pour y disputer deux rencontres. Les deux anciens coéquipiers en ont profité pour aller casser la croûte, tout en se remémorant de bons souvenirs de leurs quatre saisons dans la ville fortifiée.

«On se disait à quel point on aimerait revivre notre stage junior à Québec. On a eu la chance d’avoir Patrick Roy et Philippe Boucher comme entraîneurs, avec qui nous avons développé de belles relations, particulièrement avec Phil.»

Une année spéciale

Au lancement de la saison 2014-2015, rien ne laissait croire qu’Etchegary allait finir l’année à Québec. Dépouillé de son titre de capitaine, il a trimé dur pour mériter son casier de joueur de 20 ans. Puis, il s’est mis en marche sur le plan offensif et a retrouvé sa lettre sur son chandail.

«Après notre défaite contre Kelowna à la Coupe Memorial, toute l’équipe s’est réunie au centre de la glace. Nous venions de perdre 9-3 et les fans étaient encore là à nous applaudir. C’était incroyable. Nous étions une véritable famille.»

Reconnaissant envers sa famille de pension qui lui a ouvert les portes de leur maison à Duberger, Kurt Etchegary compte bien revenir dans sa ville d’adoption prochainement.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *