Football
17:24 24 juillet 2018

Partir aspirants et revenir champions du monde

Étienne Amiot, Vincent Delisle et Thomas Landry, trois anciens porte-couleurs du Blizzard du Séminaire Saint-François, reviennent à la maison avec le sentiment du devoir accompli et un titre mondial.

Olivier Turcotte-Létourneau, Étienne Amiot, Vincent Delisle et Thomas Landry sont champions du monde.

Photo Métro Média – Jean Carrier

Lors du récent tournoi du championnat du monde de football junior U19, qui se déroulait dans la ville de Mexico, le Canada a remporté la médaille d’or face au pays hôte dans un match âprement disputé au pointage final de 13-7.

«La partie était serrée et il y a eu des hauts et des bas, mais nous n’avons jamais douté du résultat final», expliquent les trois joueurs défensifs à leur arrivée à l’aéroport.

Le contexte du match ultime était particulier alors qu’une foule estimée entre 30 000 et 35 000 personnes y assistait. «La foule était hostile et c’était vraiment notre équipe contre le pays en entier», spécifie le joueur des Cougars de Champlain-Lennoxville, Vincent Delisle.

Thomas Landry (chandail rouge) avec son fan club à l’aéroport.

Photo Métro Média – Jean Carrier

Le Canada a pris les devants dans la rencontre ce qui a aidé à calmer les spectateurs, mais le Mexique n’avait pas dit son dernier mot. Avec 2 minutes 34 à faire au troisième quart, les Mexicains ont inscrit un majeur pour réduire l’avance 10 à 7 pour les rouges. Le Canada a ajouté un placement au quatrième quart pour porter la marque à 13 – 7 et la défensive a fermé la porte à la fin du match. L’équipe hôte s’approchait dangereusement à la ligne de 28 dans le territoire canadien sur la dernière séquence offensive, mais a tout simplement manqué de temps pour tenter un dernier jeu. Les joueurs ont tout de suite pris d’assaut le terrain pour festoyer.  

«Nous avions un bon groupe de leaders. Plus l’enjeu était important, plus nous restions calmes et nos entraîneurs ont vraiment fait du bon boulot pour nous préparer. C’est un sentiment incroyable», reconnaît Thomas Landry, des Élans de François-Xavier-Garneau.

Les trois comparses sont d’avis que de remporter le Championnat du monde procure un sentiment unique. «Nous avons tous gagné un Bol d’Or au secondaire ou au collégial et il n’y a aucun sentiment comme celui que nous avons éprouvé. C’est vraiment spécial! Le tournoi était vraiment bien organisé et on se sentait comme des rock stars alors que nous donnions des autographes», conclut les trois footballeurs accompagnés de parents et amis venus les accueillir à l’aéroport.

Un entraîneur satisfait                   

Une partie de la délégation québécoise représentant le Canada au championnat mondial junior de football U19.

Photo Métro Média – Jean Carrier

La formation représentant le Canada avait seulement 10 jours pour se préparer et former une équipe alors que d’autres pays, comme le Mexique, avaient le luxe d’une préparation plus longue.

Olivier Turcotte-Létourneau, entraîneur des demis-défensifs, était tout sourire en débarquant de l’avion. «Nous n’avons pas beaucoup dormi pendant le tournoi en raison des nombreuses heures consacrées à la préparation. Le crédit revient à tout le monde, nous avons tellement travaillé fort.»

Après une victoire facile (49-6) face à la Suède au premier tour, le parcours du Canada s’est compliqué rapidement en demi-finale face au Japon. «Il y a plus d’une centaine d’universités qui pratiquent le football là-bas, ils avaient de solides joueurs. Nous étions près de les sortir du match à 21-7, mais ils ne lâchent jamais et nous avons réussir à tenir pour l’emporter 28-22.  On s’attendait à voir les États-Unis en finale, mais je pense qu’ils ont pris les Mexicains de haut et ils se sont fait battre solidement 33 à 6. Après le soccer, le football est facilement le deuxième sport en importance au Mexique. La sélection était vraiment solide avec un jeu au sol dévastateur », confie l’ancienne gloire du Rouge et Or.

L’ancien entraîneur des Redmen de McGill et des Diablos de Trois-Rivières n’a pas de plan précis pour le futur. «J’ai trouvé une job dans mon domaine en administration et je vais donner un coup de main aux Élans à l’automne. On verra pour la suite des choses», termine celui qui a aussi joué et entraîné avec les Condors de Saint-Jean-Eudes. 

Les joueurs posent avec le gros trophée, prenant le soin d’ajouter un brin d’attitude!

Photo tirée de Facebook – SSF Blizzard Football

Jean Carrier


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en vedette