Football
20:13 22 novembre 2018

Rouge et Or vs Mustangs: La revanche

FOOTBALL  Tout est en place pour le deuxième chapitre de la Coupe Vanier entre les Mustangs de Western et le Rouge et Or de l’Université Laval. Tout sauf la présence des Mustangs à la conférence de presse de la Coupe Vanier alors que l’absence de l’équipe visiteuse était due à un retard dans le vol en matinée de l’équipe pour Québec. Une autre occasion ratée pour U Sports de faire les choses de la bonne façon.

Mathieu Betts tentera de mettre ses mains pour une seconde fois sur la Coupe Vanier.

Photo Métro Média – Jean Carrier

Lisette Johnson Stapley prévoit un bon match samedi, mais elle n’avait pas prévu l’absence de Western à la conférence de presse officielle de la Coupe Vanier.

Photo Métro Média – Jean Carrier

Lisette Johnson Stapley, la directrice en chef du sport chez U Sports, a commenté l’absence des Mustangs. «En temps normal, nous demandons aux équipes d’arriver à l’endroit de l’évènement la veille de la conférence de presse, mais nous avons accepté la décision de dernière minute des Mustangs de prendre l’avion et d’arriver le matin même de la conférence. Ils ont eu un problème mécanique pour le vol d’où l’absence du club ontarien. Nous allons apprendre de cette situation et ça ne se reproduira pas dans le futur.»

La crème de la crème

La Coupe Vanier permet de voir à l’œuvre les deux équipes les plus titrées de l’histoire de cette classique.  Au premier rang, le Rouge et Or avec 9 conquêtes en 11 tentatives et les Mustangs au second rang avec 7 conquêtes en 13 essais. Cependant, personne à l’Université Laval n’a oublié le cinglant revers de 39-17 aux mains de Western à la partie ultime de l’an dernier.

«C’est une motivation et il faut apprendre des défaites, mais il n’y a pas meilleure motivation que la Coupe Vanier. Personnellement, je suis plus motivé à gagner un championnat qu’à prendre une revanche, mais on peut faire d’une pierre deux coups dans ce cas-ci», affirme le joueur étoile Mathieu Betts.

Les Mustangs représentent un défi de taille pour l’ailier défensif alors qu’il ne cache pas que la formation ontarienne avait dominé la ligne défensive de Laval l’an dernier. «Il faut commencer par arrêter le jeu au sol et les placer dans des situations évidentes de passe. Le quart-arrière est très mobile et il faudra absolument être disciplinés dans nos corridors pour appliquer de la pression sur lui.»

Le Rouge et Or tentera de remporter une 10e Coupe Vanier.

Photo Métro Média – Jean Carrier

Western favorite

Pour l’entraîneur-chef du Rouge et Or, Glen Constantin, les champions de l’Ontario se doivent d’être établis comme favoris pour la rencontre. «Ils sont champions défendant et ils ont une séquence de 23 rencontres sans défaite, mais je t’assure qu’à la seconde que le botté d’envoi sera donné, cela n’aura aucune importance.»

Celui qui est habitué à ce genre de match semble confiant envers son équipe et assure que la préparation est différente de l’an dernier. «Nous sommes en santé et je pense que les gars sont motivés et plus minutieux dans la préparation. Je ne pense pas que nous sommes la même équipe présentement. Il faut toujours se méfier de ce que l’on souhaite, mais nous voulions nous frotter à Western et il reste maintenant à les battre.»

Le pilote lavallois a avoué qu’il était très heureux de pouvoir compter sur le retour au jeu du joueur de ligne défensive Clément Lebreux. «C’est un gars qui demande une certaine attention à l’intérieur d’une ligne offensive. Les Mustangs devront s’en occuper et sans dévoiler notre plan de match, on sera plus actif que l’an passé dans la boîte défensive. Il faut éviter à nos joueurs de la ligne défensive d’être doublés toute la journée.»

Partie rude prévue

Selon le quart-arrière vedette Hugo Richard, ce match risque de ne pas être fait pour les joueurs douillets. «L’an dernier, nous n’avions pas pris Western au sérieux et on s’était rapidement aperçu qu’ils étaient robustes. On sait maintenant à quoi s’attendre et il faudra égaler et surpasser l’engagement physique des Mustangs dans cette rencontre. Je m’attends vraiment à une partie très physique.»

Victoire ou défaite, la joute sera la dernière en carrière pour Hugo Richard. Le joueur de 5e année avoue que c’est spécial. «Je me place beaucoup de pression pour bien faire les choses et je ne veux pas décevoir les gens. Je ne pouvais pas demander un meilleur scénario et il reste maintenant à gagner.»

 

Hugo Richard arbore la coupe mohawk comme la très grande majorité de ses coéquipiers.

Photo Métro Média – Jean Carrier

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *