Football
03:54 4 mai 2018 | mise à jour le: 4 mai 2018 à 03:54 temps de lecture: 3 minutes

Étienne Moisan rentre à la maison

Depuis qu’il s’est engagé avec le Rouge et Or de l’Université Laval, le Montréalais Étienne Moisan entretient une haine viscérale envers les Carabins de Montréal. Jeudi soir, le natif de Saint-Eustache est rentré à la maison lorsque les Alouettes de Montréal ont jeté leur dévolu sur le receveur.

Étienne Moisan félicité par sa mère Michelle Sylvain.

Photo Métro Média – Charles Lalande

Pendant quelques heures jeudi soir, son téléphone a sonné plusieurs fois. Chaque fois, il pensait qu’un dirigeant d’un club de la LCF allait lui annoncer qu’il était repêché. Mais non.

«Je traîne une vieille blessure à la hanche depuis quelque temps. J’ai pris du repos. J’ai guéri. […] Vers 17h, les équipes ont commencé à appeler et à poser des questions. Ça m’a mis off, mais je les comprends [de s’inquiéter].»

Puis, le docteur des Alouettes a renchéri à propos de cet inconfort. Moisan a répondu aux questions avant de recevoir un autre appel. Cette fois, c’était celui qu’il voulait entendre.

«Ç’a été un peu plus long que je pensais», a-t-il dit dans son honnêteté habituelle.

Étienne Moisan en compagnie de Marco Dubois, qui a quant à lui abouti à Ottawa.

Photo Métro Média – Charles Lalande

Contre S.J. Green

Au début de la saison 2017, les Alouettes ont surpris bien des gens en échangeant le receveur étoile S.J. Green à Toronto pour un choix de 6e tour. Une transaction mal encaissée par plusieurs partisans des Oiseaux.

Quelques mois plus tard, ce droit de parole est devenu Étienne Moisan. Mis au courant de cela, le principal intéressé a souri, ajoutant qu’il aimerait lui aussi être l’un des trois premiers attrapeurs de ballon de la franchise.

«C’est devenu un job. C’est fou de penser que je suis maintenant payé pour jouer au football. C’est spécial, mais je ne vais rien changer», a soufflé le #84.

Défi Est-Ouest

Chaque année, U Sports tient le Défi Est-Ouest, qui réunit près d’une centaine d’espoirs de toutes les universités canadiennes pour le prochain repêchage. L’an dernier, Étienne Moisan n’avait pas été invité.

Étant donné que l’événement se tenait à Québec, son entraîneur-chef Glen Constantin a travaillé fort en coulisses pour que son poulain remplace un joueur blessé. Finalement, Moisan y avait pris part et avait bien paru.

«Ça l’a commencé à débouler à ce moment-là. Les agents ont commencé à appeler, signe que l’intérêt était là. Ce fut un boost pour la confiance.»

À Montréal, Moisan retrouvera quelques visages connus, dont Philippe Gagnon, Jean-Gabriel Poulin et Patrick Lavoie.

Étienne Moisan (droite) enlace son bon ami – et propriétaire – Samuel Chénard, quart-arrière substitut du Rouge et Or.

Photo Métro Média – Charles Lalande

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *