Football
17:30 6 avril 2018 | mise à jour le: 6 avril 2018 à 17:30 temps de lecture: 4 minutes

Deux Alouettes misent sur la persévérance scolaire

Seydou Junior Haidara et Philippe Gagnon, deux athlètes qui ont joué leur football secondaire et universitaire dans la Vieille Capitale, portaient des uniformes différents que celui dont les amateurs se souviennent. C’est avec le gilet des Alouettes de Montréal sur le dos, que les deux footballeurs effectuaient un retour à Québec. 

Philippe Gagnon et Seydou Junior Haidara lors du passage des Alouettes de Montréal au stade Chauveau

Photo TC Media – Jean Carrier

Dans le cadre d’une tournée de l’équipe pour promouvoir le football comme sport sécuritaire, mais aussi pour encourager les bienfaits de la persévérance scolaire appelée Ensemble à l’école, les deux joueurs étaient très heureux de visiter plusieurs écoles primaires de la région. «C’est en participant dans une clinique de football similaire, organisée par les Alouettes au Séminaire Saint-François il y a plusieurs années, que le désir de me joindre au Blizzard m’est venu. Il me fait vraiment plaisir de retourner l’ascenseur aujourd’hui », explique Seydou.

Philippe Gagnon, qui a joué pour la polyvalente de L’Ancienne-Lorette, abonde dans le même sens. «C’est un peu notre responsabilité de revenir et de redonner aux jeunes. Il ne faut pas oublier que les Alouettes ne sont pas seulement l’équipe d’une ville, mais aussi de la province. J’ai regardé les Alouettes à la télévision en écoutant Pierre Vercheval pendant mon adolescence. Je suis conscient de notre statut et du rôle qu’on peut avoir pour les jeunes.»

C’est en utilisant cette influence que les deux anciens joueurs du Rouge et Or donnent des conférences sur l’importance pour les jeunes de rester à l’école. Pour Seydou Junior Haidara, l’école n’a jamais été une partie de plaisir. «J’ai été diagnostiqué comme ayant un trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH), je pense que plusieurs jeunes peuvent s’identifier à mon histoire. Il est possible de réussir malgré un déficit d’attention. »

Philippe Gagnon a évolué à L’Ancienne-Lorette, Garneau et Laval avant de graduer avec les Alouettes.

Photo TC Media – Jean Carrier

Du côté de Philippe Gagnon, c’est plutôt la motivation qui faisait défaut au secondaire. «Je suis la preuve qu’en développant une passion, on peut faire son cheminement à l’école. Je manquais vraiment de motivation pour mes études et je peux affirmer que je n’aurais jamais réussi à l’école si le football n’avait pas été là!»  

Changement de culture

Il est difficile de s’entretenir avec les deux joueurs offensifs sans poser des questions sur la catastrophique saison de l’année dernière de trois victoires et quinze défaites. Il y a un thème qui est revenu constamment dans la conversation avec les deux joueurs, il sera important de changer la culture de l’équipe.

«Nous avons évolué pour une organisation gagnante à l’Université Laval. Nous savons ce que ça prend pour gagner, c’est beaucoup plus un problème d’attitude qu’un problème tactique ou technique», certifie le joueur de ligne offensive.

Seydou Junior Haidara

Photo TC Media – Jean Carrier

«J’ai joué pour plusieurs équipes dans LCF et ça vraiment été une saison difficile l’année dernière. Tout ce que je peux dire est qu’il est nettement plus facile de développer des habitudes qui te font perdre que des habitudes qui te font gagner», confirme le receveur de passe.

C’est avec Mike Sherman, nouvel entraîneur-chef des Alouettes, que l’équipe commencera sa saison 2018. Un vent d’optimisme souffle sur l’équipe depuis l’embauche du vétéran entraîneur de la NFL. «On n’a pas eu beaucoup de contact avec lui jusqu’à maintenant, mais c’est pour bientôt. En attendant de nous rencontrer, il envoie beaucoup d’informations sur la motivation», précise le gros gaillard de plus de 300 livres.

Le dernier mot appartient au numéro 80. «Pour moi, changer la culture commence par faire un bon travail dans cette tournée auprès des jeunes. C’est aussi ça être un joueur professionnel, redonner à ton sport!»

Si la future saison des moineaux est le moindrement proportionnelle au nombre de sourires engendrés lors de cette tournée, il y aura un revirement de situation spectaculaire à Montréal cet été.   

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *