Football
20:09 2 octobre 2015 | mise à jour le: 2 octobre 2015 à 20:09 temps de lecture: 2 minutes

Une semi-retraite pour Guillaume Rioux

FOOTBALL. À 26 ans, Guillaume Rioux prend sa «semi-retraite» du football professionnel après deux saisons en Allemagne. Rioux, qui possède la double citoyenneté canadienne-française, ne ferme pas la porte à un retour avec l’équipe de France. Il rejoint le personnel d’entraîneurs du Rouge et Or.

Rioux a commencé à jouer au football à 15 ans avec le Petit Séminaire de Québec, avant de graduer au Collège François-Xavier Garneau, puis l’Université Laval de 2009 à 2013. Sous la tutelle de Glen Constantin, il a remporté trois fois la Coupe Vanier et a inscrit son nom dans le livre des records à plusieurs reprises.

En faisant une rétrospective sur sa carrière, il est venu à se poser la question: «Qu’est-ce qu’il me reste de plus à accomplir?»

Le premier footballeur québécois à évoluer en Allemagne sentait qu’il était le temps de passer à autre chose : «Je me retire selon mes propres termes et en bonne santé. Je sentais que j’étais prêt à relever de nouveaux défis, que je n’avais plus rien à prouver et que je n’avançais plus en tant que personne. Le football m’a beaucoup apporté, c’est une grosse partie de ma vie. Maintenant, je veux transmettre ma passion aux plus jeunes», a-t-il lancé aux scribes.

Il insiste sur le terme «semi-retraite» puisqu’il continuera à enfiler son équipement quelques matchs par année avec l’équipe nationale de France. «La porte est toujours ouverte. On verra. Ils vont m’accueillir à bras ouverts si je désire revenir.»

À Laval, à temps plein

En octobre 2014, Guillaume Rioux a rejoint le groupe d’entraîneurs lavallois à temps partiel. Dorénavant, il se consacrera à temps plein sur son boulot.

Boudé par la Ligue canadienne de football (LCF), ce bachelier en intervention dit que «c’est le plus grand service que cette ligue lui a rendu.» Cela lui a permis de vivre l’expérience européenne et développer un bon réseau de contacts dans le Vieux Continent. Il compte d’ailleurs recommander des joueurs québécois aux formations européennes si les portes de la LCF sont cadenassées à double tour pour ceux-ci.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *