Football
18:53 17 janvier 2008 | mise à jour le: 17 janvier 2008 à 18:53 temps de lecture: 3 minutes

Octroi conditionnel d’un permis à l’Académie Saint-Louis

Des résidents, l’arrondissement Les Rivières et l’Académie Saint-Louis en sont finalement venus à une entente afin de réduire les inconvénients causés par la proximité d’un terrain de football américain, récemment aménagé près des condominiums de la rue Rive-Boisée Sud.

Les résidents des 96 condominiums de ce nouveau développement étaient conscients qu’ils emménageaient près d’une école. Ils auraient à vivre avec un certain bourdonnement pendant la période scolaire.

Les choses se sont gâtées lors des premiers matches de football, au printemps 2007, sur les terrains surplombant les condominiums. Les cris d’encouragement, les trompettes et les sirènes n’enthousiasmaient pas du tout les résidents du secteur. Le nombre de parties jouées augmentaient également constamment, et ce, durant tout l’été. L’Académie Saint-Louis, souhaitant rentabiliser son investissement, louait ses terrains à d’autres organismes, dont la Ville de Québec.

Les propriétaires des condominiums se sont alors concertés. Une cinquantaine de résidents en colère se sont présentés au conseil d’arrondissement Les Rivières en juin dernier pour demander à la Ville de Québec d’intervenir dans le dossier. Les quatre membres du conseil d’administration des 96 copropriétés de la Rive-Boisée Sud, dont Eric Steingue, furent mandatés, comme porte-paroles, auprès de l’Arrondissement pour l’ensemble des propriétaires. Les concertations entre les propriétaires mènent à l’élaboration d’une liste de 13 mesures d’atténuation d’impact que l’Académie Saint-Louis pourrait mettre de l’avant.

L’arrondissement des Rivières réalise entre temps que l’Académie Saint-Louis avait procédé en 2006 à l’aménagement des terrains de soccer et de football sans l’obtention d’un permis de la Ville de Québec. Pour la première fois, un permis sera délivré sous conditions; l’Académie Saint-Louis devra se conformer aux mesures négociées pour obtenir le dit permis.

M.Steingue affirme que tout s’est fait de bonne foi. Le directeur général de l’Académie Saint-Louis, Jocelyn Lee, souhaitait, selon lui, maintenir une relation de bon voisinage. Sur les 13 demandes initiales des propriétaires de condominiums, 12 ont été acceptées intégralement et certaines même bonifiées. Il s’estime également satisfait de l’accompagnement de la Ville dans le dossier. M. Steingue reconnait toutefois que l’entente ne peut satisfaire tous les résidents. «Certains propriétaires auraient voulu que le terrain de football disparaisse tout simplement. Une entente conclue est meilleure que n’importe quelle solution imposée», concluait-il lors du dernier conseil d’arrondissement.

Doris Dufour est une des propriétaires insatisfaites. Elle ne s’est pas sentie consultée par le comité exécutif lors des négociations. «Le muret coupe-son ne se rend même pas jusqu’à ma résidence», illustre-t-elle. Le problème du bruit pourrait donc demeurer complet pour elle et au moins une vingtaine d’autres propriétaires.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *