Défi sportif
14:01 8 décembre 2019 | mise à jour le: 8 décembre 2019 à 14:06

Coupe du monde en surf des neiges – Départ difficile pour Sébastien Beaulieu

Coupe du monde en surf des neiges – Départ difficile pour Sébastien Beaulieu
Une discipline sportive parfois difficile. (Photo Métro Média - Archives)

ÉPREUVES. Malgré sa 21e place obtenue au slalom géant en parallèle lors de sa première Coupe du monde du calendrier ce dimanche à Bannoïe, en Russie, le planchiste de Saint-Ferréol-les-Neiges, Sébastien Beaulieu, croit que sa saison augure bien. Il est convaincu de pouvoir faire mieux au cours des prochaines semaines.

La journée a mal débuté lorsqu’il a heurté la porte à son tout premier départ en qualifications, ce qui lui a coûté de précieuses secondes. Il a toutefois été en mesure de réparer les pots cassés avec une excellente performance pour pointer au 10e rang provisoire. À sa deuxième descente, il semblait sur une bonne lancée, mais la piste endommagée a fait en sorte qu’il a perdu sa ligne. Son sort en était fait.

«Deux portes n’étaient pas en bonne condition et on pouvait voir les préposés tenter d’arroser pour raffermir cette portion», a-t-il raconté. Malgré cette performance, Sébastien Beaulieu signe le meilleur résultat canadien de la compétition. «En général, ce n’est pas une mauvaise journée, c’est le quatrième meilleur résultat de ma carrière, mais surtout mon meilleur en décembre. Je vais vite devoir améliorer ma position de départ avec un excellent résultat.»

Samedi

Lors du slalom en parallèle, samedi, Sébastien Beaulieu avait pris le 32e rang. Auteur du 23e meilleur chrono dans le parcours rouge, il a été disqualifié à sa deuxième présence en piste, en parcourant la piste bleue. «Ce n’est pas le résultat que j’espérais, surtout que j’aime bien la piste, mais la glace est maintenant brisée», a-t-il mentionné.

Les choses ne sont pas allées trop mal pour sa première descente. «J’avais une première descente pas si mauvaise, mais les conditions se détérioraient rapidement et c’était difficile de battre son dossard.» L’athlète de 28 ans connaissait une bonne deuxième descente et les risques qu’il prenait s’avéraient payants.

Tout comme ce fut le cas aujourd’hui, des trous sont venus gâcher le tout en le faisant dévier de sa trajectoire.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *