Baseball
19:35 4 juillet 2013 | mise à jour le: 4 juillet 2013 à 19:35 temps de lecture: 4 minutes

Daniel Papillon raconte les 75 ans du stade municipal de Québec

Passionné de baseball, Daniel Papillon a trouvé le moyen de transmettre son vif intérêt pour ce sport en lançant, hier soir, au stade municipal de Québec, un livre racontant les 75 ans d’histoire de ce cadeau offert, en 1938, par le premier ministre du Québec Maurice Duplessis, aux fervents de baseball de la Vieille Capitale.

Collaborateur avec les Capitales de Québec sur tous les projets concernant l’histoire de ce sport depuis la création de l’équipe en 1999, Daniel Papillon rappelle dans cette publication abondamment illustrée d’une centaine de pages les périodes qui ont succédé pour en arriver aujourd’hui au véritable joyau qui fait l’envie de plusieurs villes en Amérique du Nord.

Intitulé «En lieu sûr … un stade pour la capitale» et publié par la Commission de la capitale nationale du Québec dans la collection Fleurdelisé, ce premier livre de l’auteur originaire de Limoilou témoigne de l’histoire d’amour entre les partisans de Québec et le baseball.

Documents d’archives et récits palpitants

Les premières pages du livre sont consacrées à un vibrant témoignage du premier propriétaire des Capitales de Québec en 1999, Miles Wolff, qui souligne comment il est tombé progressivement en amour avec le site et a participé à la renaissance du baseball à Québec.

Président de la Société historique de Limoilou et demeurant aujourd’hui à Charlesbourg, Daniel Papillon présente dans les pages suivantes les étapes de la construction du stade, les premiers locataires, les équipes championnes comme les Athlétiques de Québec, les Braves, les Indiens, les Carnavals et les Capitales qui ont animé les périodes glorieuses en remportant pas moins de 15 championnats en 55 ans. Il y mentionne aussi le trou de 22 ans d’inactivité entre 1977 et 1999, pendant lequel on a parlé de la rénovation ou de la démolition du stade, un sacrilège qui a été évité pour le plus grand bonheur des amateurs de baseball.

Des grands joueurs

Parmi les grands joueurs et invités de marque qui ont foulé le gazon du stade, il rappelle les visites de Warren Spahn, Satchel Paige et Hank Aaron, ainsi que des comédiens Jackie Price, Max Patkin et Boogie Woogie Paul qui ont amusé les partisans. Les Braves de Milwaukee s’arrêtent même à Québec en juillet 1953 et une foule record de 7 368 spectateurs assistent au match durant la pause du match des étoiles dans les ligues majeures. Le passage de Gary Carter est aussi souligné lors de la saison 1973 avec les Carnavals de Québec, une filiale des Expos de Montréal avec qui il connaîtra beaucoup de succès par la suite.

Les derniers chapitres sont consacrés à la deuxième vie du stade et les succès qui y connaissent les Capitales de Québec avec une récolte de cinq championnats, dont quatre consécutifs.

Les plus belles heures

«Depuis leur arrivée, le Stade municipal vit assurément ses plus belles heures. La Ville de Québec a investi plusieurs millions de dollars au cours des 15 dernières années dans la consolidation et la rénovation de ce joyau du parc Victoria. Avec son exposition permanente, le stade est devenu en quelque sorte un musée du baseball. Marque de reconnaissance pour son fier passé et de confiance dans son bel avenir, le Temple de la renommée du baseball québécois y a élu domicile depuis juillet 2011», confie l’auteur qui avec ce livre frappe en lieu sûr en racontant avec brio plusieurs pages de son histoire.

L’ouvrage est en vente au prix de 9, 95 $ à la boutique du Stade municipal et à l’Observatoire de la Capitale.

Charlesbourg Express, membre du Groupe Québec Hebdo.

 

 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *