Baseball
16:00 25 septembre 2018

Des jeunes rencontrent des pros

ÉVÉNEMENT. La renaissance des 4 Chevaliers en 2013 à Lévis, 10 ans après la fin de la longue aventure des 4 Chevaliers O’Keefe, a permis de retrouver ce lien privilégié avec le public. L’équipe était invitée à disputer un match contre une équipe locale le vendredi 14 septembre au terrain du Parc Masson.

Le groupe de jeunes de l’Association de baseball mineur de Québec.

(Photo Métro Média – Alain Couillard)

Renaud Lefort, qui a relancé l’idée, est tombé dans le sac de balles étant jeune puisque son père, René, a été membre de cette légendaire équipe de softball durant 26 ans. Suite au décès de Claude Potvin en 2009, considéré comme un pilier, personne ne croyait que la renaissance de l’équipe emblématique était possible.

Il se souvient très bien de ce personnage coloré. «J’ai été son costumier pendant 10 ans et mon père a été son meilleur joueur. Claude était celui qui amusait le public et il était excellent sur le terrain. C’est grâce à lui que j’ai appris à frapper une balle de dos. Il m’a aussi montré beaucoup de trucs.» Après des discussions avec la famille de Claude Potvin, l’équipe a été reformée. «Nous avons disputé notre premier match à Lévis contre les anciens Capitals de Québec, qui étaient sous le nom des Monarques de Lévis, mais on a remporté ce match de peine et de misère.»

Il se souvient qu’à la dernière manche, l’équipe lévisienne menait 2 à 1. Le joueur de premier but a réussi un coup de circuit. «Je portais alors le casque d’Indien qui appartenait à Claude. J’ai reçu le relais de la balle au marbre directement derrière la tête et je n’ai rien senti. Je crois vraiment que Claude a bloqué cette balle pour qu’elle ne me blesse pas.»

Indisposé au bras droit depuis un mois, Renaud Lefort rappelle que les 4 Chevaliers en sont à leur troisième match à Québec cet été, dont celui de Saint-Augustin-de-Desmaures. «La veille, on en avait disputé un à Montréal et on jouait le lendemain à 10h30 à Saint-Augustin-de-Desmaures. On a terminé celui de Montréal à minuit et nous sommes arrivés à Québec à 4h. On s’est endormi vers 6 heures pour se réveiller une heure plus tard. On a remporté le match 2 à 1 mais Saint-Augustin a bien failli nous battre.»

La relance du softball

@R:La diffusion de certains des 43 matchs de l’équipe phare, sur le réseau TVA Sport, a permis un nouvel élan à ce sport. «Cela a donné la piqûre aux jeunes, car avant chaque match on passe du temps avec eux pour une période d’entraînement.» Renaud Lefort avoue que le baseball n’est pas une passion pour tout le monde. Il compare d’ailleurs chaque lancer à une échappée au hockey. «On est dans un timing où l’on veut ramener cette flamme de la balle, mais on n’a pas beaucoup d’exemples. Vous êtes chanceux à Québec car vous avez de bonnes équipes et de bons ambassadeurs.»

Le gérant ne s’en cache pas, il aime voir jouer des jeunes au softball. «Moi, je suis vraiment content de faire ça pour eux. Lorsqu’on a relancé l’équipe, on le savait qu’on avait un bel impact pour les personnes de 40 ans et plus, mais il y avait un manque pour les plus jeunes et c’est vraiment ça qu’on a corrigé.»

La découverte de ce sport a été salutaire pour plusieurs adolescents pour qui les parents n’avaient pas de solution. «J’ai le souvenir d’un père qui m’a écrit en me disant que son fils, rejeté à l’école depuis le primaire, s’était découvert une passion. L’ado nous a vus et il s’est mis à jouer à la balle et il était bon. Il s’est fait plein d’amis par la suite. Je me suis déplacé et j’ai joué une heure avec ce jeune. Ce sont ces petits gestes qui marquent une vie parfois.»

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires