Sports
12:46 15 novembre 2014 | mise à jour le: 15 novembre 2014 à 12:46 temps de lecture: 3 minutes

Concentrée, Carolane Gingras

PORTRAIT. Carolane Gingras reconnaît volontiers que le sport qu’elle pratique, le patinage de vitesse, demeure dans l’ombre d’autres sports plus populaires auprès du grand public. Mais la jeune femme de 17 ans ne semble pas s’en soucier outre mesure: elle se concentre sur ce qu’elle à faire. Et ce qu’elle a à faire, cette année, c’est de se tailler une place pour les Jeux du Canada.

«J’ai des chances, mais il n’y a rien de gagné encore», répond-elle quant à ses probabilités de se qualifier parmi les quatre représentantes du Québec en longue piste en décembre prochain. Cet optimisme prudent reculera d’un cran lorsque la patineuse évoquera les sélections pour les juniors mondiaux.

Qu’à cela ne tienne, pour celle qui voit dans sa persévérance sa plus grande force, les dés ne sont jamais joués d’avance. Cela, Carolane Gingras le démontre aujourd’hui en figurant parmi la relève en longue piste quand bien même elle a commencé le patinage de vitesse tardivement, à l’âge de 9 ans, à Charlesbourg. Sa mère considérait que son côté robuste la servirait bien dans un tel sport musculaire.

La chose se confirmera lorsque, vers l’âge de 14 ans, l’adolescente prend pleine conscience de son potentiel et s’engage sérieusement dans son sport. À cette époque, elle a déjà rejoint l’équipe de sport-études, avec laquelle elle s’entraîne plus d’une dizaine d’heures par semaine.

Sans relâche

Depuis, l’entraînement ne fait pas souvent relâche, se poursuivant même à l’été. Ça n’arrête jamais, donc? «Non», lance-t-elle avec le sourire. Et pourtant, Carolane Gingras ne se souvient pas avoir connu un moment de découragement au cours de sa carrière. «Je tripe vraiment», avoue-t-elle en décrivant le patinage de vitesse comme «un sport individuel avec un esprit de groupe». Elle ne se lasse pas du sentiment de vitesse sur la glace, de dépasser les autres, de se dépasser elle-même.

Par conséquent, on ne s’étonnera pas que les Jeux olympiques figurent dans la ligne de mire de l’athlète de Saint-Émile. D’ici là, elle admet qu’elle devra travailler ses tactiques de course – «gérer mon énergie, ma vitesse» – pour continuer à gravir les échelons.

Palmarès

– 5 médailles d’or aux Championnats canadiens longue piste par catégorie d’âge (février 2013)

– 3e rang au cumulatif du Championnat canadien par catégorie d’âge courte piste (mars 2013)

Membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *