Sports
17:20 8 septembre 2022 | mise à jour le: 8 septembre 2022 à 17:25 Temps de lecture: 5 minutes

Un premier «vrai» test pour le Rouge et Or en 2022

Un premier «vrai» test pour le Rouge et Or en 2022
Photo: Métro Média - Vincent Desbiens

L’équipe de football du Rouge et Or de l’Université Laval fera face à un «premier vrai test» samedi, lors de son passage chez l’ennemi juré, les Carabins de l’Université de Montréal. Laval se sent d’attaque pour rectifier les résultats décevants de l’année dernière contre ses rivaux.

Le match sera présenté au Centre sportif Claude-Robillard plutôt qu’au CEPSUM, puisque le domicile habituel des Carabins subit une cure de rajeunissement. Bien que ce ne soit qu’un facteur mineur aux yeux de l’entraineur-chef Glen Constantin, ce changement d’emplacement pourrait faciliter la tâche des visiteurs.

«Le CEPSUM est reconnu comme l’un des endroits les plus bruyants du football universitaire canadien. Ça aura peut-être un impact pour nous, mais le plus important c’est ce qu’on va faire sur le terrain», explique-t-il.

La défensive du Rouge et Or aura fort à faire pour contenir la puissante offensive montréalaise. L’unité compte sur le porteur de ballon Bertrand Beaulieu, l’un des grands artisans de la victoire des Bleus à la dernière Coupe Dunsmore avec 121 verges par la course, 85 par la passe et trois touchés.

L’autre meneur de l’attaque, le quart-arrière Jonathan Sénécal, était également au rendez-vous lors de la victoire des siens contre Laval en novembre dernier par la marque de 28-19. Encore plus que Beaulieu, «un porteur très polyvalent et physique», c’est du talentueux pivot que Glen Constantin et son groupe d’entraineurs se méfient.

«C’est un très bon quart-arrière pour lancer le ballon, il est précis et voit bien le jeu. Il est très mobile aussi, il faudra être vigilants et garder notre couverture serrée jusqu’au sifflet, prévient l’expérimenté entraineur. C’est le genre de joueur qui peut te faire mal en étirant le jeu, parce qu’il ne va pas chercher de brèche pour se sauver, il est patient. Il est capable de courir aussi au besoin, c’est probablement un des joueurs les plus rapides de toute l’équipe.»

Mise au point

Après une performance compliquée contre McGill la semaine dernière, la défensive lavalloise compte bien rebondir contre Montréal. Elle a accordé plus de 300 verges par les airs et 100 au sol au quart-arrière de première année Éloa Latendresse-Régimbald et son unité au cours de la rencontre.

Constantin croit que l’effet de surprise a eu son rôle à jouer dans la contreperformance. «C’est difficile de réagir rapidement quand on n’a aucune bande vidéo sur une équipe. Je pense qu’on a dû prendre le temps de comprendre ce qui s’en venait contre nous et que ça nous a pris du temps à s’ajuster.»

Pour sa part, le demi défensif Maxym Lavallée appuie les dires de son entraineur, mais il est conscient que la tertiaire a connu des ratés. «Il y a eu des erreurs de concentration et d’affectations évitables», avoue-t-il.

Le vétéran qui en est à sa quatrième saison universitaire a bon espoir que ses coéquipiers et lui sauront élever leur jeu d’un cran. «C’est toujours spécial de jouer contre Montréal. On a travaillé ce qui a fait défaut contre McGill cette semaine et je suis sûr que tout le monde va arriver avec une petite motivation supplémentaire.»

Le retour du secondeur et joueur défensif par excellence du RSEQ en 2021, Alec Poirier, devrait apporter plus de solidité au front défensif. Il effectuera son retour au jeu après avoir raté la dernière rencontre en raison d’un pépin physique mineur.

Le retour de Mital

Le receveur Kevin Mital fera son retour au Centre sportif Claude-Robillard, après son étincelante performance de quatre touchés contre McGill. Le joueur de deuxième année d’éligibilité a fait la pluie et le beau temps avec le Phénix du Collège André-Grasset qui y dispute ses matchs à domicile. En 2018, il a terminé au sommet du RSEQ avec 1058 verges et 17 touchés.

«C’est spécial de retourner là-bas après plusieurs années. Ça va surtout être bizarre d’être de ce côté-là des lignes de côté!» Son grand match de la semaine dernière lui a permis de capter son 12e touché en 12 matchs universitaires, le plaçant ainsi à cinq majeurs de Julian Feoli-Gudino, de Félix Faubert-Lussier et du record de cette catégorie chez le Rouge et Or.

«Je suis redescendu de mon high le soir-même, je ne pense pas trop à ça, assure Kevin Mital. Nous sommes concentrés sur le prochain match contre Montréal et sur ce qu’on a à faire pour gagner.»

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.