Sports
16:59 1 septembre 2022 | mise à jour le: 1 septembre 2022 à 16:59 Temps de lecture: 5 minutes

Laval veut bâtir sur un début de saison encourageant

Laval veut bâtir sur un début de saison encourageant
Photo: Métro Média Vincent Desbiens

Après avoir débuté sa saison avec une victoire contre Sherbrooke le 27 août dernier, l’équipe de football du Rouge et Or de l’Université Laval s’apprête à disputer son premier match sur la route contre les Red Birds de l’Université McGill. Ils fouleront la pelouse du stade Percival-Molson à 16h samedi.

Pour une deuxième semaine consécutive, Laval a dû se préparer pour un adversaire sans pouvoir se fier aux bandes vidéos, puisque McGill en sera à son premier match de la saison. «C’est un bon défi, parce qu’on ne sait pas exactement ce qui nous attend. C’est une équipe qui déploie plusieurs formations à l’attaque, alors il faudra être attentifs défensivement», explique l’entraineur-chef du Rouge et Or, Glen Constantin.

Il s’attend par ailleurs à ce que le prometteur quart-arrière de première année, Éloa Latendresse-Régimbald, obtienne le départ samedi. «Ils ont connu un bon recrutement et sont allés chercher un quart de premier plan. Il va falloir lui mettre de la pression pour le déstabiliser et l’obliger à jouer rapidement.»

Départ encourageant

La victoire de 27-3 contre l’équipe de l’Estrie a bien ouvert le bal pour la campagne 2022. L’entraineur-chef a d’ailleurs salué la performance de ses joueurs. «C’était un des meilleurs matchs d’ouverture que j’ai vus depuis longtemps. On a été solide dans l’exécution et on a limité les erreurs. Il y a évidemment des choses à améliorer, mais dans l’ensemble, c’était encourageant.»

Il a été particulièrement impressionné par les progrès affichés par son quart-arrière partant, Arnaud Desjardins. Le joueur de troisième année a terminé la rencontre avec plus de 300 verges de gains par la passe et a complété 28 des 38 passes qu’il a tentées.

«J’ai vraiment aimé ce que j’ai vu de lui. Il est plus en confiance dans sa pochette, il est mieux positionné et, surtout, il a amélioré sa lecture du jeu et sa vitesse d’exécution», souligne Constantin.

Créer une chimie

Le receveur éloigné Édouard Arsenault abonde dans le même sens que son entraineur lorsqu’il est question de son coéquipier. D’après lui, c’est la proximité entre les joueurs de l’unité offensive au cours de la saison morte qui a fait une différence la semaine dernière.

«Cet été, on allait lancer le ballon entre trois et cinq fois par semaine Arnaud et moi, confie-t-il. Les deux on travaillait moins, alors on a profité de l’occasion pour s’entrainer plus fort.» Auteur d’une performance de six attrapés pour 86 verges, Arsenault a été la cible préférée de son quart-arrière contre l’Université de Sherbrooke. Il ne s’attend toutefois pas à obtenir autant d’occasions de briller chaque semaine.

«C’est arrivé comme ça cette fois-ci, constate le receveur avec modestie. Je pense que j’ai réussi des jeux importants pour notre progression sur le terrain. Par contre, je sais que mon nombre de ballons va changer de match en match, dépendant de l’autre équipe et de la couverture et c’est normal.»

Les six ballons captés en un match d’Édouard Arsenault égalisent sa marque de l’année dernière. Même s’il n’a pas été très sollicité lors de sa première saison à Laval, il soutient «qu’avoir vu du terrain» lui a permis «de comprendre la vitesse du jeu universitaire pour être prêt cette année».

Concentration et discipline

Même si la performance d’ensemble a permis au Rouge et Or de l’emporter sans trop d’inquiétude, Glen Constantin croit que son équipe peut mieux faire. Une séquence offensive sherbrookoise au troisième quart a mis en évidence les points à améliorer à ses yeux.

En 10 jeux et près de cinq minutes, le Vert et Or a progressé de 63 verges sur le terrain du Stade TELUS-Université Laval. L’unité défensive a bousillé plusieurs occasions de mettre fin à la séquence avec cinq punitions, dont trois sur un deuxième essai. Heureusement pour Laval, le demi défensif Arnaud Laporte a sauvé les meubles avec une interception à la porte des buts.

«J’ai toujours dit que je vivrais avec les punitions qui arrivent pendant le jeu, parce que c’est un sport physique qui se joue avec intensité. Il faut travailler sur les erreurs de concentration et d’indiscipline qui arrivent entre les jeux», précise l’entraineur-chef.

Le demi défensif Christophe Beaulieu appuie les dires de son entraineur. «C’est le genre de choses qui peuvent se produire dans un premier match. On menait et on a un peu pris ça à la légère. Ça parlait beaucoup entre les sifflets. On a corrigé ça à l’entrainement et on va être prêts pour les prochains», conclut-il.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.