Sports
15:34 28 avril 2022 | mise à jour le: 28 avril 2022 à 16:33 Temps de lecture: 4 minutes

Un laboratoire sur la progression des femmes dans les sports

Un laboratoire sur la progression des femmes dans les sports
Photo: Capture-écran YouTubeLa direction du labo PROFEMS est confiée à Guylaine Demers, professeure au Département d’éducation physique de l’Université Laval.

BONNE FORME. C’est connu, les filles et les femmes persévèrent moins dans la pratique des sports. Ce qui l’est moins, ce sont les raisons qui expliquent ce phénomène. Voilà justement le défi que relèvera le Laboratoire pour la progression des femmes dans les sports au Québec (PROFEMS). Cette unité mixte de recherche voit le jour à l’Université Laval, grâce à un soutien gouvernemental de 1,25M$ pour les cinq prochaines années.

L’annonce a été faite au PEPS en présence de trois femmes d’influence grandement intéressées par la santé des femmes. Il s’agit d’Isabelle Charest, ministre déléguée à l’Éducation et responsable de la Condition féminine, de Sophie D’Amours, rectrice de l’Université Laval, et de Guylaine Demers, professeure en éducation physique à qui a été confiée la direction de la nouvelle entité.

Cumulant une expertise de pointe en équité des genres dans la pratique sportive, Mme Demers constate qu’il reste un bout de chemin à parcourir. Elle estime que le lab «servira à dresser l’état des lieux et à comprendre ce qui peut motiver les filles à persévérer dans le sport tant amateur qu’élite. Nos recherches alimenteront le milieu et vice-versa pour évaluer l’impact des mesures mises en place».

Ce laboratoire multidisciplinaire aura pour mission de faciliter le maillage entre les besoins exprimés par la base et l’expertise universitaire. Cela permettra de documenter en temps réel la situation de l’équité des genres dans les sports au Québec. Pour ce faire, PROFEMS produira des données probantes et brossera un portrait systématique de la place occupée par les filles et les femmes dans le secteur du sport. Attentif aux besoins du milieu, il participera aussi à la diffusion de connaissances et de bonnes pratiques.

Déjà, il est possible de visiter le site Internet dédié à cette unité mixte de recherche.

Ce qu’elles ont dit:

«Cela fait plusieurs années que nous travaillons pour donner plus de place aux filles et aux femmes dans le sport, le plein air et l’activité physique. Il est crucial d’avoir de l’information à jour pour guider nos actions et nos politiques. L’implantation d’un laboratoire de recherche multidisciplinaire nous apparaît pertinente et en accord avec les recommandations émises par le groupe de travail provincial sur le sujet.» – Isabelle Charest, ministre déléguée à l’Éducation et responsable de la Condition féminine

«Le Lab, c’est le chaînon manquant dans notre système sportif québécois. Si on veut faire progresser la situation des femmes, on doit comprendre pourquoi elles sont si peu actives et évaluer l’efficacité de nos stratégies actuelles. Le Lab est là pour répondre à ce type de questions.» – Guylaine Demers, professeure en éducation physique et directrice du PROFEMS

«La création de cette unité mixte de recherche fait partie de la solution pour construire une société plus inclusive. La progression des filles et des femmes dans le sport est une cause qui me tient à cœur. Cela favorise la santé physique et mentale, en plus de développer l’estime de soi. On en retire de saines habitudes qui nous suivent toute la vie.» – Sophie D’Amours, rectrice de l’Université Laval

 

L’annonce de la création de l’unité de recherche a été faite par la ministre Isabelle Charest, la rectrice Sophie D’Amours et la professeure Guylaine Demers. Capture-écran YouTube

Métro Média

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.