Sports
19:14 26 janvier 2021 | mise à jour le: 26 janvier 2021 à 19:27 temps de lecture: 3 minutes

Ottawa est le nouveau défi de Charles Dubé-Brais

Ottawa est le nouveau défi de Charles Dubé-Brais
La CEBL est une ligue professionnelle très relevée selon Dubé-Brais qui compare son niveau de jeu à celui du basketball professionnel australien. Photo gracieuseté

BASKETBALL. L’entraîneur de basketball Charles Dubé-Brais vient de terminer son association avec les Raptors de Toronto et son emploi d’assistant-entraîneur avec les Raptors 905 de la G League de la NBA pour devenir l’entraîneur-chef des BlackJacks d’Ottawa dans la Ligue de basketball élite canadienne (CEBL). Si certains voient le geste de l’entraîneur comme une régression, ce n’est vraiment pas l’avis du principal intéressé.

Charles Dubé-Brais mentionne qu’il adore l’équipe de direction de sa nouvelle formation alors qu’il fait équipe avec Jevohn Shepherd et Andy Rautins, deux anciens joueurs professionnels. Photo gracieuseté – ABL Glenn Michael Tan

«C’est un pas de côté, mais ce n’est définitivement pas un pas vers l’arrière dans mon cheminement. La CEBL a un énorme potentiel comme ligue, elle va faire partie du paysage sportif canadien pour longtemps. Je regardais attentivement ce qui se passait dans la CEBL depuis sa création en 2017, même quand j’étais avec les Raptors. C’est une chance unique de participer à la montée du niveau de jeu du basketball canadien et d’élever le talent qui s’y trouve», mentionne celui qui entraînait l’École secondaire De Rochebelle à Sainte-Foy au tout début de sa carrière.

La crise sanitaire a assurément précipité les choses pour le natif de Sillery qui a vu l’organisation des Raptors réduire son personnel. «Comme plusieurs formations dans la NBA, Toronto a réduit son budget d’opération et je fais partie de ceux qui ont écopé tout simplement. Comme il y avait une certaine pression financière et que j’avais une belle opportunité à Ottawa, j’ai sauté sur l’occasion pour redevenir entraîneur-chef. C’est quelque chose que je me devais de faire si je voulais continuer ma progression pour pouvoir possiblement devenir assistant-entraîneur dans la NBA ou même entraîneur-chef à l’international dans une ligue de premier plan.

Reconnaissant

Il demeure que le passage de Dubé-Brais avec Toronto est un énorme succès pour l’entraîneur de 39 ans.

«J’ai quitté de la bonne façon avec Toronto. Je ne suis plus le même entraîneur, j’ai appris beaucoup dans le système de Nick Nurse. Je suis assurément une coche de mieux et j’ai envie de pouvoir mettre en pratique ce que j’ai appris. J’ai également vécu le championnat de la NBA avec les Raptors et j’aurai toujours beaucoup de gratitude

envers l’organisation. C’est un privilège d’avoir une bague de championnat d’un sport majeur professionnel, elle ne s’est pas volatilisée du jour au lendemain», assure celui qui a également entraîné en Chine.

Le Québec dans les plans

L’arrivée de la CEBL dans la Belle Province est d’ailleurs simplement une question de temps selon Dubé-Brais.

«Il y a présentement sept formations dans le circuit, mais je ne serais pas surpris de voir passer ce nombre à 12 d’ici cinq ans. On parle déjà de Montréal et même Québec comme des destinations possibles. C’est une ligue qui va avoir sa propre identité un peu comme la Ligue canadienne de football (LCF). Une équipe a droit à trois joueurs étrangers et le reste des joueurs doivent provenir exclusivement du Canada.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *