Sections

Marathonien à 16 ans: l'accomplissement d'Antoine Blanchet

Publié le 14 juin 2018

En guise d'encouragement, Antoine Blanchet a dit : «Je souhaite que les gens qui voudraient commencer à courir sachent qu'avec de la pratique, on peut arriver à tout.»

©Photo Métro Média – Émilie Pelletier

Courir 42,2km en 3h26, c'est l'exploit qu'a réalisé Antoine Blanchet, âgé de seulement 16 ans.

En mai dernier, le jeune homme de Beauport qui fréquente l'école secondaire de la Seigneurie a participé à son tout premier marathon. À Longueuil, il a été doublement médaillé, arrivant le premier parmi les trois personnes inscrites dans la catégorie des moins de 19 ans. Sportif dès son plus jeune âge, il a joué dans des équipes de soccer, de baseball et de hockey, avant de se consacrer à la course à pied de façon plus intensive, il y a à peine un an.

Musique dans les oreilles et à l'aide de plans d'entraînement conçus avec une application installée sur son téléphone intelligent, Antoine a commencé sa mise en forme à l'hiver 2017, en se créant des trajets dans les rues avoisinantes de son domicile. Il admet que ce sont les Jeux olympiques de l'été précédent et plus précisément l'athlète québécois Charles Philibert-Thiboutot, spécialiste du 1500 mètres, qui ont été pour lui des sources d'inspiration.

«C'est une expérience valorisante de terminer un marathon à 16 ans, mais j'ai encore beaucoup d'années pour le pratiquer, il n'y a pas de presse»
Photo gracieuseté

Trois à quatre fois par semaine, le Beauportois s'est pratiqué en vue de son premier demi-marathon, en octobre 2017. À 15 ans, il avait alors réussi le 21,1km SSQ de Québec en 1h32, avant de compléter tout récemment, en cinq minutes de moins, la même distance à Lévis.

Environ un mois avant le 42,2km qui réunissait 370 participants à Longueuil, Antoine Blanchet avait également joint une course de 30km au Mont-Saint-Grégoire.

S'investir dans sa passion

L'adolescent confie toutefois que la motivation quotidienne n'est pas toujours au rendez-vous. Alors que la course lui apporte des bienfaits d'endurance au hockey et au soccer, il constate que le fait de s'entraîner en solo constitue un tout autre défi. «La course m'apporte à me dépasser, parce que contrairement aux sports d’équipe, c'est un défi personnel que je relève seul, ne comptant que sur moi-même.»

Or, depuis le mois de février dernier, il a 187km d'entraînement personnel à son actif et ce chiffre grimpe à 300km, lorsqu'il prend en compte les courses auxquelles il a pris part, jusqu'en mai. Selon le jeune homme, ce n'est pas trop difficile d'y être dévoué quand c'est une passion.

Questionné à propos de ses ambitions, Antoine mentionne qu'il aspire à une carrière dans le sport professionnel. En course à pied, il projette se concentrer sur l'amélioration de ses temps aux 5 et 10km. «C'est une expérience valorisante de terminer un marathon à 16 ans, mais j'ai encore beaucoup d'années pour le pratiquer, il n'y a pas de presse», conclut-il. 

Sportif dès son plus jeune âge, il a joué dans des équipes de soccer, de baseball et de hockey

©Photo gracieuseté