Football
01:00 19 octobre 2019

Équipe d’étoiles des 25 ans du Rouge et Or football: l’offensive

Équipe d’étoiles des 25 ans du Rouge et Or football: l’offensive
Hugo Richard (Photo Métro Média - Archives)

FOOTBALL. L’équipe d’étoiles des 25 ans de la formation de football du Rouge et Or choisie par les partisans sera dévoilée à la mi-temps du match entre les Carabins et l’Université Laval. Après avoir eu la chance de côtoyer de près chacune des éditions du Rouge et Or et avoir eu la chance d’œuvrer comme analyste à la radio pour deux saisons, Québec Hebdo m’a confié la lourde tâche de sélectionner ma propre équipe d’étoiles. Cette périlleuse tâche a été prise au sérieux par l’auteur de ces lignes au risque même de se froisser avec quelques anciens joueurs. Voici mes sélections.

Centre offensif

Mentions honorables: Jacques Cloutier, Pierre Lavertu, Samuel Lefebvre, Louis-David Gagné

Dominic Picard: Un seul joueur devait être sélectionné parmi l’une des positions les plus prolifiques de l’histoire du Rouge et Or. Dominic Picard est la définition ultime d’un guerrier. Joueur super agressif, il donnait le ton à son unité en accomplissant son boulot sans oublier de déranger l’adversaire avant, pendant et même après le sifflet de l’arbitre. Il a tout juste coiffé Pierre Lavertu, qui était une solide tête de football comme meneur de la ligne à l’attaque.

Gardes Offensifs

Mentions honorables: Pascal Cherron, Luc Brodeur-Jourdain, Samuel Thomassin, Philippe Gagnon, Pascal Baillargeon

Carl Gourgues (Photo tirée de Facebook)

Carl Gourgues: Un garde typique du football canadien, Carl pouvait tout faire à sa position. Doté de pieds agiles et d’une excellente mobilité, il était aussi solide pour protéger son quart-arrière que pour escorter un porteur de ballon jusqu’à la terre promise. Il jouait toujours plus bas que son adversaire. Il n’était pas nécessairement le plus grand, mais sa mobilité et son désir de terminer ses blocs compensaient amplement pour ce léger manque.

Charles Vaillancourt: Il a démontré une constance incroyable en étant sélectionné sur les équipes d’étoiles de la conférence de 2012 à 2015. L’athlète de six pieds quatre pouces et 315 livres se servait très bien de son gabarit. Il n’y avait aucune phase de jeu où il ne se tirait pas d’affaire à merveille. Peu importe la tâche qui lui était demandée, le boulot était toujours fait.

Plaqueurs offensifs

Mentions honorable: André Trudel, David Bouchard, Kétel Assé

François Boulianne: Possiblement le joueur offensif avec le plus de force brute que le Rouge et Or a compté dans ses rangs. Il valait mieux essayer d’utiliser sa vitesse pour le déjouer, car ses blocs terrestres pouvaient se révéler dévastateurs. Avec Boulianne comme plaqueur, un quart-arrière lavallois pouvait opérer avec une totale liberté. Un joueur qui avait définitivement des mauvaises intentions sur le terrain.

François Boulianne (Photo tirée de Facebook)

Karl Lavoie: Un autre joueur qui démontrait de superbes qualités athlétiques en plus de posséder un solide gabarit. Du haut de ses six pieds et quatre pouces, Karl Lavoie a été une solide police d’assurance pour les pivots du Rouge et Or. Il n’était pas celui qui se faisait remarquer par des blocs percutants au sol, mais il était toujours bien placé pour ouvrir le chemin à ses porteurs.

Receveurs intérieurs

Mentions honorables: Jonathan Breton-Robert, Félix Faubert-Lussier, Patrick Lavoie, Guillaume Rioux

Julian Feoli Gudiño: La version couteau suisse du Rouge et Or, il était utilisé à toutes les sauces. Il est probablement le joueur le plus ciblé de l’histoire de l’organisation. Possédant des mains plus sûres que le système de sécurité de la Maison Blanche, il était également en mesure de bien courir techniquement ses tracés.

Jean-Frédéric Tremblay: Un joueur qui a malheureusement été ennuyé par des blessures à l’ischio-jambier. Il n’en demeure pas moins qu’il a été le receveur le plus dangereux de l’histoire du Rouge et Or. Doté d’une solide vitesse, il était en mesure d’accélérer dans ses changements de direction. Un joueur que les tertiaires adverses craignaient au plus haut point. Il était difficile de trouver un receveur plus gracieux sur un terrain.

Jean-Frédéric Tremblay (Photo tirée de Facebook)

Receveurs extérieurs

Mentions honorables: Samuel Grégoire-Champagne, Marc-Antoine Pivin, Tyrone Pierre, Seydou Junior Haïdara

Matthew Leblanc: Un receveur régulier comme une horloge. Il pouvait faire les attrapés difficiles dans le trafic comme les attrapés de synchronisme. Un joueur d’une incroyable fiabilité malgré le fait qu’il n’était pas nécessairement le plus explosif. Il savait se démarquer quand le moment était important. Il a même été élu le joueur le plus utile de la Coupe Vanier 2004, un exploit difficile à accomplir pour un receveur.

Matthew Norzil: Une longue réflexion s’est imposée avant de choisir le produit des Cheetahs de Vanier. Plusieurs blessures ont miné la production de ce receveur explosif et il a même été coupable de dopage à la fin de sa carrière universitaire. Cependant, il demeure le receveur le plus talentueux à avoir porté les couleurs de la formation lavalloise. Sa seule présence sur le terrain suffisait pour que les défensives lui portent une attention particulière. Sa grande vitesse forçait les coordonnateurs défensifs adverses à le doubler systématiquement. Aucun autre receveur du Rouge et Or n’a eu autant d’impact sur le terrain et même s’il ne réussissait pas toujours beaucoup d’attrapés, il créait de l’espace pour le reste de l’offensive.

Porteurs de ballon

Mentions honorables: Maxime Boutin, Mathieu Brassard, Jeronimo Huerta-Flores

Pierre-Luc Yao: Un porteur très complet, il est assurément le meilleur porteur de ballon du Rouge et Or à l’approche de la zone des buts. Il domine l’histoire de la formation pour le nombre de touchés au sol en carrière avec 31 et également pour le nombre de verges au sol avec 2768. Sans être exceptionnel dans une catégorie, il faisait tout très bien et sa polyvalence est devenu un standard difficile à atteindre pour les autres joueurs offensifs de la formation.

Pierre-Luc Yao #21 Photo tirée de Facebook)

Sébastien Lévesque: La définition même d’un frappeur de coup de circuit, il détient encore le record pour le plus de verges en une saison avec 1059. Sa hargne le caractérisait très bien alors qu’il refusait de tomber au sol. Cet attribut l’a aidé à coiffer de justesse Maxime Boutin. Lévesque n’était pas le meilleur porteur en protection de passe ou pour courir un tracé, mais il a sans doute été le meilleur pour courir avec le ballon.

Quart-arrière

Mentions honorables: Tristan Grenon, Bruno Prud’homme

Hugo Richard: Il est le joueur qui a eu le plus de pression dans l’histoire du Rouge et Or. Après deux solides premières saisons où il n’a pas été en mesure de remporter la Coupe Dunsmore, il a fait taire ses critiques en remportant la Coupe Vanier à deux reprises lors de ses trois dernières campagnes. Il détient le record pour le plus grand nombre de passes de touché avec 70 dans la conférence du RSEQ alors qu’il en a lui-même inscrit 30 au sol. Un pivot qui a toujours été en mesure de faire mal à ses adversaires autant par la passe qu’au niveau terrestre.

Hugo Richard (Photo Métro Média – Archives)

Retourneur de ballon

Mentions honorables: Daniel Fleury, Antony Dufour, Duane John

Guillaume Rioux: Petit et agile, il avait un gabarit idéal pour cette position. Joueur très intelligent, il gagnait toujours les verges qu’il devait gagner. Il était rarissime de voir un ballon tomber au sol lorsqu’il était en place et le voir perdre des verges n’arrivait jamais. Il n’a pas été le plus explosif, mais il a été assurément le plus fiable.

Botteur de dégagement

Mentions honorables: Christopher Milo, Dominic Lévesque

Boris Bédé: Je ne pense pas qu’il y a un grand débat en choisissant le botteur d’origine française. Il avait une puissance inégalée dans ses bottés de dégagement et même s’il lui arrivait parfois de rater un botté, le jeu en valait la chandelle alors que Laval ne perdait presque jamais la bataille du positionnement de terrain.

Botteur de placement

Mentions honorables: David Côté, Boris Bédé

Christopher Milo: Le botteur est au premier rang du Rouge et Or pour le nombre de placement réussis en carrière avec 69 sur une possibilité de 91. Il sera intéressant de voir où David Côté terminera sa carrière alors que le longiligne botteur possède un taux de réussite hallucinant. Cependant, Milo possède pour l’instant trop de records à cette position pour être ignoré.

Joueur le plus utile à l’attaque

Benoît Groulx: Il est le seul joueur de l’histoire du Rouge et Or à avoir remporté le titre du joueur le plus utile au pays en ramenant chez lui le trophée Hec Crighton. Ses statistiques sont incroyables alors qu’il a terminé sa carrière avec un pourcentage de passes complétées de 71,7% tout en maintenant un excellent ratio de 66 passes de touchés contre 19 interceptions. Alors que certains doutaient de son bras, de sa vitesse ou de sa grandeur pour bien réussir au niveau universitaire, il s’est imposé avec sa tête pour devenir un incontournable de la formation lavalloise.

Benoît Groulx (Photo tirée de Facebook – Charles-Éric Lamarche)

Joueur le plus important de l’histoire

Mathieu Bertrand: Il demeure la plus grande vedette de l’histoire de la formation de l’Université Laval. Possédant un charisme naturel, il a été le premier joueur à la position de pivot à choisir le Rouge et Or comme destination après avoir été courtisé à l’échelle nationale. Sa venue à Québec a transformé le programme et l’a aidé à passer au niveau supérieur. Sur le terrain, le quart-arrière gaucher pouvait aussi bien courir que lancer. Très mobile, il était simplement spectaculaire. Il a toujours semblé en mesure d’élever son jeu d’un cran dans les moments importants. Il a remporté deux Coupe Vanier dont la première du club.

Mathieu Bertrand (Photo gracieuseté Rouge et Or – Mathieu Tanguay)

 

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *