Football
08:30 20 avril 2019

Repêchage de la Ligue canadienne de football: Dominic Lévesque, un décrocheur raccroché

Repêchage de la Ligue canadienne de football: Dominic Lévesque, un décrocheur raccroché
«J'ai hâte au repêchage. En tant que botteur, c'est vraiment une belle opportunité pour moi» – Dominic Lévesque. (Photo gracieuseté – Félix Tremblay)

FOOTBALL. Le botteur du Rouge et Or Dominic Lévesque est l’un de ceux que le sport a raccrochés à l’école. Ancien décrocheur du milieu scolaire, c’est en troisième secondaire que l’étudiant-athlète a réalisé que, s’il voulait continuer de jouer au football, il devait livrer la marchandise à l’école. Une décision qui aura porté ses fruits puisqu’il est présentement éligible au prochain repêchage de la Ligue canadienne de football (LCF).

«Si je n’avais pas eu le foot, je ne me serais jamais rendu jusqu’ici, à l’université, et je n’aurais jamais eu la possibilité d’être repêché. C’est gros pour moi», avoue le produit des Cougars de Champlain-Lennoxville.

Fait intéressant, le jeune homme qui n’avait pas l’école particulièrement à cœur lorsqu’il était au secondaire, étudie présentement en enseignement de l’éducation physique et à la santé. Et même s’il est repêché cette année, il compte bien finaliser ses études. «Il me reste mon stage 4 et ma synthèse à faire, ensuite j’aurai mon diplôme. Si je joue dans la LCF, je ferai mon stage à l’hiver.» Comme quoi avoir une passion permet de franchir beaucoup d’obstacles dans la vie.

Lévesque croit que la décision de son entraîneur de l’utiliser seulement comme botteur, au Cégep, lui a permis de se rendre où il est aujourd’hui. (Photo gracieuseté – Louis Charland)

Changement de plan

Dominic Lévesque n’a pas toujours eu comme mandat de botter le ballon ovale. En fait, durant près de huit ans, il occupait la position de demi défensif. «À ma deuxième année au Cégep, mon coach n’a pas voulu me faire jouer dans un match où l’on gagnait 36 à 0 à la demie. À la fin de la game, il m’a expliqué qu’il voulait que je sois seulement botteur pour la saison suivante et qu’il ne voulait pas que je me blesse en étant à cette position-là», indique celui qui effectue les bottés de dégagement pour l’Université Laval.

Le jeune homme de six pieds un pouce et 219 livres s’est présenté au camp d’évaluation de la LCF comme étant un botteur polyvalent. C’est-à-dire qu’il peut réaliser des bottés d’envois, de dégagement et de précision.

Rédemption

«Personnellement, la victoire de la Coupe Vanier, en 2016, a été le moment le plus marquant de ma carrière. D’avoir pu réussir un  field goal de 38 verges et d’avoir pu aider mon équipe à remporter ce match, c’était incroyable», se rappelle le vétéran de quatrième année.

Cet événement était d’autant plus important du fait que Lévesque avait réussi seulement une de ses six tentatives de placements à la Coupe Dunsmore, deux matchs auparavant. «J’ai montré à plusieurs de mes détracteurs qu’ils avaient tort et que ce n’était qu’une erreur de parcours.»

Sa contribution à la victoire du Rouge et Or à la Coupe Vanier 2016 lui a redonné confiance.(Photo gracieuseté – Félix Tremblay)

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *