Quebec Hebdo
16:10 28 février 2019

Martin Thibault: le visage du basketball à Brébeuf depuis 27 ans

Martin Thibault: le visage du basketball à Brébeuf depuis 27 ans
Trois joueurs qui ont marqué le programme sont David Ruel, Robinson Odoch-Opong et Emmanuel Bandoumel selon Martin Thibault. (Photo Métro Média – Jean Carrier)

ÉDUCATION. Il est 7h15 du matin et plusieurs jeunes étudiants-athlètes arrivent à l’école secondaire Jean-de-Brébeuf pour jouer une heure de basketball de façon optionnelle avant le début des cours. Une option que les jeunes joueurs peuvent exercer de deux à trois fois semaines en raison du responsable du programme de basketball qui arrive plus tôt à l’école lors de ces journées. Cette implication, Martin Thibault l’a toujours eu même à ses débuts comme entraîneur à 19 ans.

«Quand je repense à mes débuts comme entraîneur, ce n’était pas mes meilleures années. J’aimerais pouvoir recommencer avec tout ce que je sais maintenant. Tu es convaincu de faire pour le mieux, mais tu ne vois pas qu’il y a d’autres alternatives.»

S’il avoue avoir changé comme entraîneur, il refuse catégoriquement d’affirmer que les jeunes ont changé. «Il y a certaines mentalités qui ont évolué en faveur de la progression de chaque athlète et l’importance de la victoire a peut-être diminué un peu et c’est comme cela que ça doit fonctionner. Cependant, les jeunes n’ont pas changé. Un adolescent demeure un adolescent et il a encore besoin de structure et de discipline pour pouvoir s’épanouir.»

L’approche de l’entraîneur a changé avec les années et il avoue être plus proche des joueurs qu’avant. «J’aime beaucoup le côté relation d’aide, c’est étonnant tout ce que tu peux connaître chez un jeune s’il te fais confiance et si tu lui prêtres une oreille attentive. Plus tu es à l’écoute des jeunes, plus tu deviens conscient de leurs besoins.»

Même s’il a aidé plusieurs jeunes athlètes à se prendre en main, l’homme de 48 ans refuse de prendre le crédit pour lui tout seul. «Nous sommes une équipe à travailler dans la concentration basketball et chacun contribue au développement des jeunes. Il y a aussi plusieurs niveaux et tu n’entraînes pas de la même façon un joueur élite qu’un autre joueur qui joue pour s’amuser. J’ai encore beaucoup de plaisir à faire ce que je fais et je me considère privilégié d’être dans un gymnase à enseigner un sport que j’adore.»

«Je suis convaincu que nous sommes l’un des meilleurs programmes de basketball de la province avec toutes les ressources qui sont disponibles pour nos jeunes. Nous avons remporté plusieurs championnats provinciaux en D1 et en D2», assure Martin Thibault en compagnie de son fils.

Athlète familier

Depuis quelques années, le quotidien de Martin Thibault est un peu différent, car il entraîne son fils Ian-Thomas qui fait parti de la concentration basketball. «C’est un privilège d’avoir entraîné mon gars et de le voir évoluer à tous les jours. Il n’y a pas beaucoup de parents qui peuvent voir leur enfant dans un contexte scolaire. Je pense que je suis un peu plus sévère avec lui qu’avec les autres joueurs», termine en riant celui qui ne fait pas son âge.

Pour Ian-Thomas, la présence de son père fait maintenant parti du décor. «La première année, c’était un peu étrange. Tu comprends rapidement qu’il y a l’entraîneur et qu’il y a ton père en dehors de l’école. C’est cool pour certaines choses comme les lifts pour aller à l’école et aux parties, mais ça peut être gênant s’il me voit parler à une fille par exemple. De toute façon, je savais qu’il serait ici quand j’ai fait mon choix d’école et je ne regrette aucunement parce que j’adore le basket et que je suis à la bonne place pour ça.»

En terminant l’entretien avec l’entraîneur et son gars, Martin croise un jeune et lui demande s’il a déjeuné. Il trouve rapidement une barre tendre et des fruits pour le jeune athlète qui a répondu négativement à la question.

Un autre petit geste qui démontre que le visage du programme de basketball des Aquilons de l’école secondaire Jean-de-Brébeuf aurait été bien différent si l’entraîneur n’y avait jamais placé les pieds.

Concentration basketball Jean-de-Brébeuf

Services sportifs:

  • 10 équipes masculines de basketball
  • 125 joueurs de basketball sur 600 élèves
  • Préparation physique
  • Multiples championnats provinciaux en division 1

Services académiques:

  • Soutien pédagogique pour les matières de base (mathématique, français et anglais) de 1re à 5secondaire;
  • Horaire de récupérations obligatoires pour les élèves de secondaire 1 et 2;
  • Séances d’étude à toutes les semaines;
  • Rencontre individuelle pour tous les élèves avec un enseignant à chaque fin d’étape.

Autres services:

  • Physiothérapie;
  • Psychologue sportif;
  • Psychoéducatrice;
  • Conseillère en orientation;
  • Enseignant ressource.
Être l’entraîneur de son fils n’est pas toujours facile, mais le père et le fils semblent avoir apprécié l’expérience. (Photo Métro Média – Jean Carrier)

Commentaires 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Merciermartine

    Allo Martin merci de t’impliquer auprès des jeunes.De leurs donné le goût de jouer au basket et surtout d’être la pour les écouter et les encourager .