Hockey
11:50 12 février 2019

Ligue de hockey junior majeur du Québec: entretien avec Gilles Courteau sur l’avenir du circuit

Ligue de hockey junior majeur du Québec: entretien avec Gilles Courteau sur l’avenir du circuit
Gilles Courteau a mentionné que la LHJMQ avait déjà regardé pour s'associer avec un transporteur d'importance, mais la complexité de la tâche rendait les choses trop difficiles. (Photo Métro Média – Jean Carrier)

HOCKEY. Gilles Courteau est à la présidence de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) depuis 33 ans. Le circuit, qui fête cette saison son 50e anniversaire, a vu son président actuel pour plus de la moitié de son existence. Celui qui occupe aussi le poste de vice-président de La ligue canadienne de hockey (LCH), a bien voulu débattre des enjeux importants pour l’avenir du circuit qui porte son nom.

La possibilité de voir la LHJMQ donner un salaire à ses joueurs a été l’objet de plusieurs débats. Selon le dirigeant, le statut d’un joueur de la ligue rend la chose impossible. «La raison d’être du circuit est de développer l’athlète en trois volets: le joueur, le joueur étudiant et le citoyen. On ne veut pas ajouter une pression additionnelle sur le joueur en le voyant comme un employé. Dans chaque province où la ligue possède une formation, le joueur a un statut d’athlète amateur étudiant. En raison de cette spécification, je ne crois pas que ce sera un enjeu dans l’avenir. Chaque joueur de la ligue est obligé d’aller à l’école et c’est pour cette raison que nous versons une allocation qui est une bourse d’encouragement aux études. Les joueurs ont 60$ par semaine alors que pour les joueurs de 20 ans, ils ont 150$ par semaine. Il faut aussi mentionner que les joueurs peuvent aussi profiter du programme de bourses d’études 4 ans après la fin de leur stage junior à raison de 6000$ par an.»

L’explosion du hockey scolaire dans les dernières années et le possible développement du hockey collégial et même universitaire ne fait pas peur au dirigeant. «Je vois le hockey scolaire comme un partenaire et non comme un ennemi. Nos joueurs vont à l’école et notre taux de diplomation est très élevé avec 94% de réussite au secondaire, 86% au collégial et 89% pour l’université pour la saison 2017-2018. Je crois que ça va bien aller de ce côté», assure le président.

Le nombre de parties jouées par chaque équipe sera aussi scruté de près dans l’avenir. «Dès l’an prochain, je vais commander une étude qui regardera de près tous les aspects d’une possible baisse de matchs. Il y a évidemment l’aspect financier, mais aussi le volet scolaire et le développement des joueurs. Je veux savoir les impacts d’une possible réduction de parties. Quand nous avons choisi de réduire de 72 à 70 et de 70 à 68 parties, nous n’avions pas ce genre d’informations en main.»

Enfin, 25% des joueurs du circuit ont été échangés lors de la saison actuelle. Le président était d’accord que de la stabilité surtout chez les jeunes joueurs de hockey est un élément important, mais ne voyait pas nécessairement une règle qui empêcherait l’échange de jeunes joueurs. «C’est un bon point et nous n’avons pas de règlements à ce niveau. Cependant, je crois que les chiffres de cette saison sont exceptionnels, car plusieurs équipes croient être en mesure de remporter le championnat. Ce ne sera pas le cas régulièrement, mais nous regardons toujours pour améliorer notre produit.»

La LHJMQ avait deux employés au début de l’ère Courteau à la présidence. Il y a maintenant 20 employés qui travaillent pour la ligue. (Photo Métro Média – Archives)

Accomplissement et héritage

Le règne à la présidence de la LHJMQ de Gilles Courteau n’est pas sur le point de finir alors que le président a assuré qu’il se voyait encore en place dans un proche avenir. «La santé est bonne et j’aime encore beaucoup ce que je fais. Ce qui me rend fier de mon séjour à la présidence a été l’expansion dans les Maritimes et aussi la qualité des propriétaires des franchises. Pour l’avenir, j’aimerais contribuer à améliorer le produit de la LCH. J’aimerais voir la qualité s’améliorer au sein d’un circuit unique avec trois ligues distinctes un peu comme le produit de la Ligue majeure de baseball (MLB). Il pourrait y avoir des matchs interligues.»

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *