Sports
15:51 27 août 2018

Un dépassement de soi pour une bonne cause

Avant de s’inscrire au Défi kayak Desgagnés, François Pouliot n’avait jamais fait de kayak. Un entraînement structuré et une motivation lui ont permis de pagayer les 250 km séparant Montréal et Québec.

François Pouliot (en avant) a partagé le travail avec son partenaire François Moses.

Photo gracieuseté – François Ozan

Sa mère, Sylvie Rochette, travaille dans un service de garde. Depuis quelques années, chaque semaine, un représentant des Jeunes musiciens du monde vient donner un atelier aux jeunes enfants.

Touché par la cause, fiston aide l’organisme à préparer le cocktail depuis maintenant quatre ans. Cette fois, le natif de Saint-Sauveur voulait en faire davantage. «Je voulais me lancer un défi personnel et me dépasser physiquement pour MA cause.»

Une autre motivation l’a incité à suer à grosses gouttes: sa mère a récemment eu à composer avec de petits problèmes au cœur. «C’était aussi pour elle. Quand j’ai complété le défi à la baie de Beauport, elle était vraiment fière et très contente», se souvient-il.

«La prévention est nettement mieux que le traitement. C’était, pour moi, une occasion d’améliorer mes saines habitudes de vie.»

La cause avant l’orgueil!

L’objectif du groupe, composé de Mathieu Fortier, Patricia St-Laurent Sills, Claire Kernin, Marc-Olivier Carle, Lauréanne Dussault-Desrochers et de François Pouliot, était d’amasser 9000$ pour les Jeunes musiciens du monde. Collectivement, ils ont récolté 13 055$. M. Pouliot était bien fier, bien qu’il aurait aimé contribuer davantage. 

«Je suis très content pour l’organisme.»

Le défi

Il a confié sa préparation physique à Nathalie Dubord, consultante en nutrition sportive et entraîneure privée. Celle-ci l’a aidé à peaufiner sa technique pour que la randonnée séparant les deux villes soit agréable.

Pour ce qui est du défi, il l’a réalisé en compagnie de François Moses, un partenaire qui lui a été assigné quelques semaines avant le grand départ. Les deux messieurs ne se connaissaient pas beaucoup, mais ils ont passé quatre belles journées ensemble.

«C’est un trip que je ne vais jamais oublier. D’ailleurs, j’encourage tout le monde à le faire l’an prochain. De mon côté, je vais me réinscrire, mais cette fois, je vais être seul dans mon kayak», a-t-il conclut. 

Charles Lalande


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en vedette