Sports
18:57 18 avril 2018 | mise à jour le: 18 avril 2018 à 18:57 temps de lecture: 3 minutes

Plus de 1500 karatékas attendus à l’Université Laval

Vieux de 38 ans, le Québec Open, qui se déroulera les 27 et 28 avril au Peps de l’Université Laval, est en pleine expansion promettent les trois promoteurs de l’événement qui va rassembler plus de 1500 karatékas. 

Les athlètes locaux veulent en mettre plein la vue à leurs rivaux des quatre coins du monde.

Photo TC Media – Charles Lalande

Organisé par Claire Cocozza, Samuel Gagnon et David Bossinotte, le plus important championnat de karaté au Canada réunira une douzaine de pays.

«Cette année, il y a une baisse [de popularité] dans les tournois aux États-Unis, mais pas chez nous. Nos hôtels associés sont presque tous complets», se targue M. Bossinotte, précisant que ce tournoi offre des retombées économiques de 4M$ à la ville de Québec.

La compétition a obtenu la deuxième place au Viewer’s Choice de Sportmartialarts.com, un classement qui ravit l’organisation, mais M. Gagnon vise la première position l’an prochain.

Nicolas Thibault en pleine démonstration

Photo TC Media – Charles Lalande

Certes, il y aura des participants du Népal, des États-Unis, du Mexique, du Liban, de l’Iran et de plusieurs pays d’Europe, mais ce n’est rien pour délaisser le talent local.

En conférence de presse, le trio a présenté Elizabeth Rouillard qui malgré ses 16 ans, détient plusieurs titres mondiaux à son actif, notamment au Irish Open l’an dernier en combat individuel.

De son côté, Mélissa Baillargeon, 19 ans, championne en Bo et kata, est montée à quatre reprises sur la plus haute marche du podium au Championnat panaméricain WKU au Guatemala.

Les promoteurs préviennent ceux qui vont se déplacer pour le Québec Open de garder un œil attentif sur Nicolas Thibault, Roxanne LaRose-Carignan et Rose Rhéaume.

Rose Rhéaume est à surveiller, parole des promoteurs

Photo TC Media – Charles Lalande

«Nous sommes très fiers d’eux. Ce sont trois beaux espoirs à surveiller. Ce sont des pros!», a vanté Bossinotte.

Les frères Presley

Nouveauté cette année, les zones de combat seront délimitées par des cordages dans le but que les athlètes, leurs entraîneurs et les juges soient les seules personnes qui puissent accéder à l’espace de compétition. Cette mesure a été prise pour la sécurité des athlètes et des spectateurs.

En plus des nombreux combats prévus à l’horaire, Samuel Gagnon convie les spectateurs au «grand spectacle» qui aura lieu samedi soir. «C’est notre marque de commerce! Vous ne voulez pas manquer le <@Ri>trick and weapon battle<@$p> avec les frères Presley.»

Néophytes des arts martiaux, vous ne connaissez sans doute guère les frangins Jake, Cole et Reid, mais M. Gagnon n’a que de bons mots pour ceux-ci.

À 19 ans, Mélissa Baillargeon fait partie de l’élite de son sport

Photo TC Media – Charles Lalande

«Ce sont des athlètes extraordinaires. Leurs acrobaties sont impressionnantes. Voir trois frères au sommet de leur division respective, c’est assez exceptionnel», affirme celui qui entraîne aussi Georges St-Pierre.

Articles similaires

16:54 20 avril 2016 | mise à jour le: 20 avril 2016 à 16:54 temps de lecture: 3 minutes
Place au Québec Open

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *