Sports
20:25 9 mars 2017 | mise à jour le: 9 mars 2017 à 20:25 temps de lecture: 3 minutes

Au-delà de la victoire, il y a la fierté d’un père

SKI DE FOND. Pierre Harvey n’a pas vu son fils Alex depuis le 5 novembre dernier. Samedi, le 11 mars, il aura enfin l’occasion de le serrer dans ses bras après plusieurs mois à entretenir les liens grâce aux différentes options offertes par la technologie.

Pierre Harvey, en compagnie de Patrice Drouin (Gestev) et Louis Bouchard, l’entraîneur d’Alex Harvey.

(Photo TC Media – Charles Lalande)

Avant de voir fiston rivaliser avec les grandes nations du ski de fond, discipline dominée par les Scandinaves, Pierre Harvey a lui-même connu une brillante carrière dans ce sport.

Dimanche dernier, à Lahti, en Finlande, Alex est devenu champion du monde en remportant l’épreuve 50 km style libre. Un autre succès pour le natif de Saint-Ferréol-les-Neiges. Le 15 janvier, avec son coéquipier Len Valjas, ils ont croqué dans la médaille d’or en sprint par équipe.

Il n’y a pas de doute, l’élève a dépassé le maître! «C’est une grande fierté de voir qu’il est meilleur que moi. Ses victoires sont impressionnantes, mais pour un parent, le meilleur cadeau, c’est de développer un enfant si bien, comme mon ex-conjointe et moi avons fait avec Alex.»

Comment expliquer les succès de fiston? «Plusieurs facteurs. Premièrement, il a 28 ans, il est dans peak. Aussi, l’an dernier, il a changé son équipement de ski, et cela a fait une différence. La nouvelle compagnie offre des skis personnalisés pour lui. Cela permet à Alex d’être en pleine confiance dans les grands moments.»

Patrice Drouin, de Gestev.

(Photo TC Media – Charles Lalande)

Pression sur les épaules d’Alex

Les performances des derniers mois d’Alex Harvey ont grandement facilité le boulot de l’équipe marketing des Finales de la Coupe du monde, qui se tiendront à Québec, du 17 au 19 mars.

Hommes politiques, organisateurs et partenaires de l’événement, puis le public qui y assistera, ont mis la barre très haute quant aux attentes placées sur le fondeur local.

«C’est sûr, il va y avoir une tonne de pression, ce qui n’est jamais très bon, mais Alex supporte bien ça, ça le stimule, a répondu Harvey père à ce sujet.»

En conférence de presse, pour lancer les festivités de l’événement, Alex Harvey n’était même pas présent, mais son nom était sur toutes les lèvres. Les compliments fusaient de partout, et le maire Régis Labeaume lui a rendu le meilleur hommage : «Il nous représente dignement. Je félicite son géniteur!»

Le défi de la prochaine semaine sera de maximiser la concentration de l’athlète, étant donné qu’il sera très sollicité par les médias, les partisans, les organisateurs, les commanditaires et les fondations soutenues par celui qui étudie toujours en droit à l’Université Laval.

«Alex, des fois, il a la qualité et le défaut de toujours dire oui», a dit Pierre Harvey, qui veillera au bon fonctionnement de l’horaire, en compagnie de son gérant Denis Villeneuve. 

Québec Hebdo

Les finales de Coupe du monde de ski de fond, à Québec, du 17 au 19 mars.

(Photo TC Media – Charles Lalande)

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *