Sports
04:56 25 février 2017 | mise à jour le: 25 février 2017 à 04:56 temps de lecture: 3 minutes

Défait par K.-O., Éric Martel-Bahoéli annonce sa retraite

BOXE. Devant de nombreux parents et amis, le boxeur local Éric Martel-Bahoéli n’a pas été en mesure de vaincre Adam Braidwood pour le titre de champion du monde de la WBU. La puissance des coups du natif de la Colombie-Britannique a eu raison de la volonté de celui que l’on surnomme «The Hammer».

Éric Martel-Bahoéli accroche ses gants au terme d’une défaite contre Adam Braidwood.

(Photo TC Media – Charles Lalande)

Après trois rounds partagés, Braidwood a ouvert la machine au quatrième, en ébranlant Martel-Bahoéli à quelques reprises. Puis, à 2 : 01 du cinquième round, l’arbitre a mis un terme aux hostilités.

À l’exception des célébrations de Braidwood, c’était le silence total dans le Centre Vidéotron, endroit où «Baho» est grandement adulé, notamment en raison de son emploi à titre d’agent d’intervention au Centre jeunesse de Québec et de ses implications dans la communauté.

Dans l’heure qui a suivi sa défaite, Martel-Bahoéli a annoncé sa retraite par le biais des médias sociaux : «Ce soir, j’ai fait mon dernier combat de boxe. Je tiens à remercier tous mes amis, ma famille et mes commanditaires. Je crois avoir donné ce que j’avais à donner dans ce sport et je tiens à garder ma tête pour le futur. Place à de nouveaux défis.»

Discours inspirant

Derrière le cœur brisé de Martel-Bahoéli, il y a un homme heureux en Adam Braidwood, qui revient de loin, de très loin.

Ancien joueur des Eskimos d’Edmonton, il était voué à un bel avenir sur la pelouse verte, mais ses problèmes de drogues et de santé mentale l’ont amené au fond du baril. Il a également fait un tour derrière les barreaux.

«J’aime la ville de Québec! Je n’avais pas de stratégie établie, je m’en fous, je veux juste me battre, a dit le colosse barbu. Il y a deux ans, j’étais en prison, mais je n’ai pas abandonné. Je me suis entraîné tous les jours et je suis aujourd’hui champion du monde!»

Ces paroles ont immédiatement soulevé la foule, inspirée par le discours de ce bon vivant.

Les célébrations devront toutefois attendre, puisqu’il a dû se rendre à l’hôpital pour soigner son œil gauche, gravement endommagé par les poings de son rival. 

Québec Hebdo

EricMartelBahoeli

(Photo TC Media – Charles Lalande)

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *