Sports
21:29 26 février 2016 | mise à jour le: 26 février 2016 à 21:29 temps de lecture: 3 minutes

Quatre questions pour Alex Harvey

COUPE DU MONDE. Le fondeur Alex Harvey est de passage dans son coin de pays en vue de la première édition du Ski Tour Canada 2016, du 1er au 12 mars prochain. En entrevue avec TC Media Nouvelles, le Saint-Ferréolais s’est prêté au jeu des questions en rafale.

Quelles sont tes attentes face au Ski Tour Canada 2016?

C’est une première un gros événement comme ça. Ça va être la première fois que le globe de cristal du cumulatif de la coupe du monde va être donné au Canada. La dernière fois qu’on était ici c’était en 2012. Il y avait deux courses à Québec et il y avait de grosses foules, c’était surprenant de voir comment il y avait du monde autour. C’était autour du parlement, de la fontaine de Tourny et tout, vraiment downtown. Ça va être la même chose cette année. Je m’attends à des grosses foules comme la dernière fois. Au niveau personnel, c’est sûr que c’est l’objectif de la saison. On s’est préparé physiquement pendant toute l’année pour ça, alors c’est sûr qu’on veut livrer nos meilleures performances au niveau physique.

Quelle a été ta plus grande fierté de la saison actuelle?

En début de saison, j’ai eu vraiment une de mes meilleures performances de l’année sur un parcours qui m’avait posé vraiment beaucoup de difficulté par le passé, des montées très abruptes. C’était un peu ma faiblesse avant et ça faisait plusieurs années que je travaillais pour améliorer ça. Finalement, cette année, ça a payé avec une médaille d’argent sur un parcours qui me posait beaucoup de problèmes. Ça m’a montré à quel point c’est possible de s’améliorer en mettant vraiment les efforts à la bonne place.

Quel est ton plus beau souvenir de ski dans la grande région de Québec?

À la saison 2011-2012, on avait eu le Championnat canadien ici au Mont-Sainte-Anne et c’étaient des super belles journées. Il avait fait 5, 6 degrés dehors, on avait des super belles conditions de ski et il y avait vraiment beaucoup de monde aussi. Même que mon commanditaire, Cascade, était arrivé en hélicoptère. Ils avaient filmé la course de sprint de l’hélicoptère donc ça avait fait un super beau vidéo. Ça avait été vraiment cool. Tous les gars de l’équipe canadienne avaient vraiment tripé. Même que l’équipe norvégienne avait apporté des jeunes skieurs en développement. Tout le monde avait vraiment été impressionné. En plus c’était vraiment chez moi, donc montrer ça à tout le monde à quel point c’est un beau centre de ski, c’est sûr que c’était très trippant.

Comment tu gères toute la pression médiatique?

Je n’ai pas de problème avec ça, même que j’aime quasiment ça. C’est rare qu’on voie le ski de fond à la télévision au Québec, alors on gagne à en parler. Si je peux être un peu le porte-parole du sport comme ça, c’est bien. Et ça ne dérange pas trop mon entraînement non plus. Quand c’est bien planifié, c’est juste du positif.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *