Sports
22:00 13 juillet 2016 | mise à jour le: 13 juillet 2016 à 22:00 temps de lecture: 3 minutes

De la neige à la terre avec Félix Longpré

VÉLO DE MONTAGNE. Cycliste l’été, fondeur l’hiver. Le Saint-Ferréolais Félix Longpré jongle entre ses deux sports favoris, où il concentre ses efforts pour être au meilleur de ses capacités.

Le jeune Longpré est presque né avec un vélo entre les mains, lui qui, depuis tout petit, va encourager ses cyclistes préférés au Vélirium. «À la Coupe du monde de 1998 au Mont-Sainte-Anne, j’avais six mois et déjà j’étais en arrière sur le dos de mon père et j’encourageais les Martinez et les Hesjedal, relate-t-il, amusé. Ça fait 18 ans, je ne l’ai pas manqué une fois.» Comme bien des enfants du coin, il est inscrit à l’école de vélo les week-ends.

Le cycliste a manqué de peu sa chance de participer au Championnat du monde junior en vélo de montagne, en raison des Jeux olympiques qui ont devancé l’horaire des sélections. «Habituellement, ça se fait plus tard dans l’année, mais cette fois-ci, c’était trop tôt, explique-t-il. Je n’avais pas encore commencé ma saison de vélo.»

Le plus grand événement de la saison, le championnat canadien de vélo de montagne, aura lieu du 14 au 17 juillet à Baie-Saint-Paul, dans la région de Charlevoix. Le vététiste s’exercera dans la catégorie junior auprès de quelques collègues de la Côte-de-Beaupré.

Avec la neige… le ski!

Le ski de fond est arrivé plus tard dans sa vie, avec le programme Iniski de son école primaire. «Je suis surpris d’avoir aimé ça, parce que quand tu amènes des enfants en ski de fond, ce n’est pas tout le temps facile!» Le jeune homme parle d’expérience, il y lui-même donné des cours d’initiation au ski de fond à des groupes de jeunes.

L’horaire entre les deux saisons peut devenir contraignant, à force de pratique deux sports au niveau compétitif. «En termes de calendrier, en ski de fond, ce n’est pas si pire, rapporte le jeune homme. La saison de vélo finit vers septembre et les courses de ski commencent juste en janvier. C’est sûr que j’ai dû rattrapage à faire, particulièrement pour le haut du corps.»

C’est plus difficile pour le vélo de montagne, comme les deux saisons s’emboîtent. Cette année, Félix a fini le ski à la fin mars, après une saison en montagne russe. «J’ai pris un deux semaines de congé avant de recommencer. Le problème, c’est que les muscles de jambes ne sont pas prêts à ça.»

Ne demander pas à Félix de choisir entre ses deux disciplines, le jeune homme est toujours indécis à savoir lequel il priorisera à l’avenir. «Tu ne peux plus décider que tu t’en vas aux Olympiques dans les deux sports, avec la réalité d’aujourd’hui ce n’est plus vraiment faisable, parce que c’est rendu trop spécialisé, explique-t-il. C’est sûr qu’il va falloir que je choisisse un moment donné, mais en ce moment, je ne le sais vraiment pas.»

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *