Sports
20:00 7 février 2018 | mise à jour le: 7 février 2018 à 20:00 temps de lecture: 3 minutes

Saint-Ferréol-les-Neiges à Pyeongchang

Deux ans après s’être concentrée sur la course à pied, l’athlète de 21 ans avait décidé de revenir au ski de fond l’automne dernier. Sa première course disputée sur les pistes du Mont-Sainte-Anne lui a permis de se qualifier pour les mondiaux juniors et U23, en Suisse. De plus, elle répondait à plusieurs exigences de la Fédération internationale de ski (FIS).

«Si je suis en forme, je serai capable de performer.»

Photo TC Media – Geoffré Samson

Pour être éligible à une présence aux olympiques, un athlète doit participer à cinq courses en 12 mois et cumuler une moyenne inférieure à 100 points. Sa qualification a été confirmée lors de sa compétition au Montana, et ce, malgré une 16e place. La skieuse mentionne avoir éprouvé plus de difficulté durant cette course, entre autres à cause de l’altitude. Avec une moyenne de 98,47 points depuis son retour, il lui manquait juste son billet d’avion vers Pyeongchang. C’est à ce moment que la fondeuse a décidé de ne pas aller en Suisse, compétition prévue juste avant les JO.

«Il faut croire que mon entrainement en athlétisme a payé. Il est certain que plus de musculation pour les bras aurait aidé, mais dans les circonstances, je suis très contente.»

À la mi-janvier, seulement huit fondeurs étaient confirmés pour l’embarquement.

La Saint-Ferréolaise en plein course sur les pistes du Mont-Sainte-Anne.

Mario Walker@2018

«Nous devions attendre le quota d’athlètes accordé par la FIS avant d’annoncer l’équipe canadienne», mentionne la directrice aux communications de Ski de fond Canada (CCCSKI), Martine Grenon-Lafontaine.

Finalement, 11 fondeurs de la délégation canadienne partiront, dont les Saint-Ferréolais Alex Havey et Anne-Marie-Comeau.

N’étant pas encore commanditée, la fondeuse ne savait pas si de nouveaux skis allaient être dans ses bagages. Mais Anne-Marie ne semble pas s’en faire.

«Si je suis en forme, je serai capable de performer.»

Anne-Marie ne croit pas qu’elle pourra atteindre un podium.

«Je ne crois pas être prête pour le niveau mondial, mais l’expérience d’être avec des athlètes meilleurs que moi me donne de la motivation pour la suite.»

Photo TC Media – Geoffré Samson

«Je ne crois pas être prête pour le niveau mondial, mais l’expérience d’être avec des athlètes meilleurs que moi me donne de la motivation pour la suite.»

Le week-end précédent l’annonce officielle d’Équipe Canada, Alex Harvey montait sur la deuxième place du podium. Il entrevoit les Jeux d’un bon œil.

«Nous avons des vétérans et des recrues au sein de l’équipe et nous espérons que tous nos athlètes vivront l’expérience à fond. J’espère que les nouveaux apprendront de nous.»

Selon Anne-Marie, Alex est un athlète qui travaille fort et n’est pas là où il est rendu pour rien. «J’ai plusieurs modèles et il en est un beau à suivre.»

Anne-Marie Comeau s’est envolée pour la Corée vendredi dernier. Elle reviendra après les Jeux olympiques, peut-être avec une médaille au cou. Qui sait, son début d’année est rempli de surprises et de rebondissements jusqu’à maintenant.

Deux ans après s’être concentrée sur la course à pied, l’athlète de 21 ans avait décidé de revenir au ski de fond l’automne dernier

Mario Walker@2018

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *